Can dans le Sud-Ouest : Buea, citadelle sous haute surveillance

Buea, ville moins bourdonnante tassée au pied du Mont-Cameroun, et chef-lieu de la région du Sud-Ouest, joue sa partition de ville hôte de quelques acteurs de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN 2021).

La vie tourne au ralenti depuis l’explosion

Cela en dépit de quelques notes inattendues. À l’exemple de l’explosion ayant retenti ce 12 janvier 2022 en face du Stade omnisports de Molyko et ayant entraîné une réaction forte des forces de sécurité. Celles-ci ont en effet procédé au quadrillage de la ville et à une fouille systématique des personnes et des véhicules. Entre autre raisons de ce déploiement, la capitale régionale du Sud-Ouest héberge deux des quatre pays de la poule F que sont le Mali et la Gambie. Et le Stade omnisports de Molyko est celui retenu par la Confédération africaine de football (Caf) pour leurs séances d’entraînement.

D’ordinaire
Depuis le début de la compétition, la métropole régionale vit pourtant à sa manière une ambiance qu’impose la présence desdits acteurs. Les principales artères sont pavoisées de banderoles aux motifs divers sur cette randonnée continentale du football, sport roi au Cameroun. Au modeste tintamarre habituel, vient s’ajouter ceux des différents déplacements des officiels, à chaque fois sous une couverture sécuritaire.

Font également partie du quotidien des habitants, les bruyantes sorties des sélections malienne et gambienne pour le Stade omnisports de Molyko où s’effectuent leurs entraînements. Ils sont à chaque fois accompagnés de motards offrant un festival de sirènes et menant des files de voitures. On retrouve dans ce cortège, les bus audacieux des joueurs frappés des couleurs de chaque pays.

Outre la mobilisation motorisée perçue à travers les multiples écrans et autres postes récepteurs de radio, et qui rappelle comme des spots qu’il y a un évènement exceptionnel, les habitants de la commune de Mola, nom de la mascotte de cette édition, participent bel et bien à cette grande fête sportive. À chaque match, des essaims d’amoureux du football, tous les âges confondus, envahissent les terrasses, les bars et autres sites aménagés pour la circonstance. Une seule idée les habite à ce moment-là : vivre en direct des rencontres autour des écrans de téléviseurs.

 

Théologien Maffira

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *