Nigeria #Egypte : Les supporters Nigérians de Bamenda bravent la peur

Classés traine-misère jusqu’au 9 janvier dernier par les autorités camerounaises, Roger Milla et d’autres grands noms du football national n’ont pas bénéficié de la visibilité due à leurs rangs. Ils s’en émeuvent avec véhémence. Éclairages.

Des supporters Nigérians

L’affiche de la première journée de la Can dans la poule du groupe D logé à Garoua est sans conteste la rencontre Nigeria / Égypte. En ce mardi 11 janvier 2022, la forte communauté nigériane de la cité capitale du Nord-ouest n’entend pas rater ce match de Super Eagles. Elle brave la menace de la milice séparatiste de la république virtuelle d’Ambazonie opposée à l’organisation de la fête du football africain au Cameroun, notamment sur le territoire anglophone (régions du Nord-ouest et du sud-ouest Cameroun).

Les Super Eagles et sa constellation de stars étaient au centre des commentaires dans différents lieux de commerces depuis la matinée de ce 11 janvier. Vers 15h du même jour, la plupart des fans nigérians ont fermé boutiques au marché central et au marché des vivres de Bamenda. L’activité des importateurs nigérians, dont les camions de marchandises débarquent au quotidien à l’entrée du stade municipal de Bamenda, est passée au ralenti. Personne dans ces marchés-là ne voulait rater le match d’entrée en compétition des Super Eagles.

Malgré la rareté des gadgets de la compétition, les ressortissants du pays voisin ont arboré les maillots vert-blanc (couleurs du drapeau de la République fédérale du Nigéria). Ils ont scandé des messages de victoire: «We are the best. We are going to bring back the cup to Nigeria». Traduction: «Nous sommes les meilleurs. Nous allons ramener le trophée au Nigeria».

Ichuku est d’avis que «Mohamed Salah can not play alone. We have a full team of stars: Mauro, Sanuzi, Iheanacho, Musa, Moses, Iwobi against Salah and may be Trezeguet». Entendez: «Mohamed Salah ne peut pas jouer seul, nous avons une équipe complète de stars: Mauro… Iwobi contre Salah et peut être Trezeguet». Au coup d’envoi de la rencontre à 17h, le nom des Super Eagles et ses stars sont repris en choeur par les supporters nigérians devant le petit écran dans les bistrots, respectivement à l’avenue commerciale de Bamenda et à Up Station.

C’est l’euphorie totale lorsque Iheanacho ouvre le score à la 30e minute. Cris de joie, coups de sifflets. La joie est à son comble. «I told you, Egypt cannot withstand Nigeria. This is just the beginning». Entendez: «je vous ai dit, l’Égypte ne peut pas supporter le coup devant le Nigeria», lance Onyama l’un des fans dans la foule. On a vu du rythme dans cette rencontre. A la 70e minute, lorsque Mohamed Salah tente une incursion dans la défense nigériane, Emeka une des supporters ne tient plus sur son siège. Heureusement, le gardien de buts stoppe le ballon. Emeka pousse un ouf de soulagement.

Le Nigeria menace même de saler l’addition par deux fois. Les Super Eagles du Nigeria brûlent la politesse aux Pharaons d’Égypte (1#0) pour cette première journée dans la poule D de Garoua, à la satisfaction de la communauté nigériane de Bamenda.

Zéphirin Fotso Kamga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *