Couverture de la CAN : Des journalistes algériens victimes d’un antijeu

Ils ont été dépouillés de leurs effets personnels non loin de leur hôtel à Douala par des individus non encore identifiés. La Caf et l’Association des journalistes sportifs algériens (AJSA) condamnent cet acte et demandent une enquête.

Une fausse note lors de l’ouverture de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des nations vient d’être signalée ce 10 janvier 2022 au grand public. Dans deux communiqués distincts en effet, la Confédération africaine de football (Caf) et l’Association des journalistes sportifs algériens (Ajsa) informent l’opinion nationale et internationale que «durant la nuit du 9 janvier, à Douala, autour de 22 heures, des journalistes de nationalité algérienne ont été victimes d’une agression physique à l’arme blanche perpétrée dans la rue par des individus non encore identifiés».

À en croire l’une et l’autre source, ces «envoyés spéciaux de la presse algérienne accrédités à la Coupe d’Afrique des nations (…) ont été délestés de leur argent et de leurs téléphones portables sans que soit déploré heureusement des séquelles portées à leur intégrité physique». La Caf précise que «les victimes ont été prises en charge sur le plan sanitaire et leurs jours ne sont pas en danger».

Condamnations
«La Caf condamne avec force cet acte indigne et exprime sa solidarité et ses vœux de bon rétablissement aux victimes», peut-on lire dans le communiqué signé ce 10 janvier par la direction de la communication. L’instance faîtière du football africain est imitée dans cet acte d’indignation par l’Ajsa. L’association algérienne déplore également ce qu’elle qualifie d’«acte dommageable».

Elle se fait par ailleurs fort de présenter «cet incident isolé» comme étant susceptible de «ternir quelque peu le début de cette Coupe d’Afrique qui s’annonçait sous de bons auspices». À l’en croire, la déception est d’autant plus grande que dans son communiqué, l’association algérienne reconnaît que «le Cameroun et les Camerounais sont connus pour leur gentillesse et leur esprit hospitalité».

Enquête
La Confédération africaine de football et l’Association des journalistes sportifs algériens demandent en chœur l’ouverture d’une enquête. Et en attendant que «les autorités locales mettent tout en œuvre pour faire la lumière sur cette affaire», l’institution continentale a indiqué son intention d’ouvrir la sienne.

De son côté, «l’Ajsa en appelle à l’AIPS Afrique afin d’ouvrir également une enquête pour s’enquérir des conditions de séjour et de sécurité des envoyés spéciaux de la presse et de leur apporter aide et assistance», relève le communiqué. Mais avant, l’Association algérienne «souhaite voir le Comité d’organisation de la CAN 2022 en collaboration avec les autorités prendre de plus grandes mesures afin que les sites d’hébergement et d’évolution des journalistes sportifs algériens soient sécurisés au mieux», a-t-elle fait savoir.

Consciente de la gravité de l’acte et de la nécessité d’agir, la Caf invite alors «les Camerounais et tous les intervenants à s’abstenir de tout acte de provocation et de violence pour ne pas gâcher la belle fête du football qu’est la CAN». Elle reconnaît en effet dans son communiqué que «les pouvoirs publics et les organisateurs ont besoin de la contribution de tous pour assurer à tous les participants à la Can TotalEnergies 2021 et aux représentants des médias de tous les pays, une sécurité optimale».
Au moment où nous mettions sous presse, nous apprenions l’arrestation de l’un des agresseurs par la police camerounaise.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *