Partenariat Cemac-UE : les 10ème et 11ème FED comme unité de mesure

La journée du 16 novembre 2021 n’était pas seulement consacrée pour le président de la Commission de la Cemac à la visite du chantier du siège de l’institution sous-régionale. À Bangui ce jour-là, le Pr Daniel Ona Ondo a également eu des échanges avec Douglas Darius Carpenter.

L’ambassadeur chef de la délégation de l’Union européenne en République Centrafricaine (RCA) a présenté au dirigeant communautaire ses lettres de créances. Les deux personnalités ont passé en revue l’ensemble de la coopération entre la Cemac et l’Union européenne (UE).

On en retient que «l’UE est un partenaire important et traditionnel de la Cemac, en raison du soutien constant dont bénéficie notre sous-région dans sa quête permanente pour l’amélioration des conditions de vie des populations, la recherche du mieux-être et l’insertion harmonieuse des économies de ses États membres dans l’économie mondiale», a laissé entendre le président de la Commission.

Daniel Ona Ondo (àd) et Douglas Darius Carpenter
après la présentation des lettres de créances

Pour le dire, le Pr Daniel Ona ondo s’est appuyé sur le Fonds européen de développement (Fed). À l’en croire, le 10ème Fed a «engendré d’importants acquis pour le processus d’intégration économique dans les domaines variés tels que l’aménagement du territoire, l’énergie, les transports, assorties des schémas directeurs respectifs». Quant au 11ème Fed, il a permis au partenariat d’amorcer «une nouvelle étape en juin 2015 à Bruxelles, lorsque l’UE, la CEEAC et la Cemac ont signé la convention de financement du Programme indicatif régional». D’après le dirigeant communautaire, la cagnotte était de «350 millions d’euros, dont 135 millions d’euros pour le volet infrastructures régionales, incluant 20 millions d’euros pour l’appui à la gouvernance des infrastructures».

Le diplomate européen s’est également dit satisfait et a indiqué sa «disponibilité à apporter sa pierre dans la construction d’une relation de confiance, constructive et pérenne». Les axes d’intervention déjà identifiés par la Commission porte pour l’essentiel sur «la modernisation de l’appareil de production des statistiques économiques au niveau régional, la fourniture d’une assistance technique pour l’adoption des réformes économiques et monétaires en zone Cemac, et le soutien dans le processus des négociations commerciales avec l’UE pour la conclusion d’un APE régional et consensuel, etc.»

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *