Commission de la Cemac :Au-delà du vacarme…

À coups de gueule et de ruades, quelques anonymes assimilent l’institution que dirige le Pr Daniel Ona Ondo à une foire grossière. Et pourtant…

Au sujet de l’ambiance au sein de la Commission de la Cemac, des commentaires et tribunes incendiaires ont filtré dans la presse il y a quelques jours. Pour servir un contrepied aux détracteurs du président, son équipe de communication les invite sur la page Facebook de la Commission de la Cemac. Sur le réseau social, des images combinent quelques attitudes de l’homme brisant parfois des tabous vestimentaires. Au vrai, Pr Daniel Ona Ondo donne la preuve qu’un travail dantesque est fait, malgré la modicité des moyens. En effet, le président de la Commission de la Cemac fait fonctionner celle-ci avec seulement 17% du budget requis.

Boulot
Le Pr Daniel Ona donne du contenu à sa fonction. Il a réussi à engager 3,8 milliards de francs CFA pour le financement des projets intégrateurs et plus de 2 milliards pour les études routières. Dans la foulée, plusieurs sources lui reconnaissent une implication quotidienne dans la mise en place de la Cour des comptes, le Free roaming, le financement en partie du plan de lutte contre le Covid-19 et le plan sous-régional de relance de l’économie. Selon des sources citées par le site d’informations La Plume de l’Aigle, «bien qu’ayant occupé les plus grands postes de responsabilité dans son pays, excepté de président de la République à laquelle il n’aspire d’ailleurs pas selon certaines indiscrétions, Daniel Ona Ondo est resté modeste». La gabegie financière ne faisant pas partie de son mode de vie, il opère, dès 2018, une révolution au sein de l’institution dont il a la lourde charge en supprimant les caisses d’avance. «Sauf mission à l’international, il n’y a plus de caisse d’avance», affirme, ce dimanche 14 novembre 2021, une source contactée par La Plume de l’Aigle à Malabo ; où les bureaux de la commission sont basés depuis quelques années.

Cas d’école
Le 26 octobre 2021 par exemple, lors des Assemblées annuelles 2021 du FMI et de la Banque Mondiale, il a insisté sur «La nouvelle Stratégie régionale de sortie de crise qui vient d’être adoubée par le Sommet des Chefs de la CEMAC d’août 2021». Elle est, apprend-on, transcendée dans le Plan communautaire de relance économique post Covid-19 de la CEMAC et le Document cadre révisé du Programme des Réformes économiques et dinancières de la CEMAC (PREF-CEMAC) pour la période 2021-2025.
À la même occasion, Pr Daniel Ona Ondo s’est prononcé sur les actions prises dans la zone CEMAC pour se mettre sur la voie de la révolution numérique. Il a relevé le Règlement adopté par le Conseil des Ministres de la CEMAC en janvier 2021 portant suppression des frais d’itinérance (roaming).

Il a également signalé la poursuite de la mise en œuvre du projet Central African Backbone ayant déjà permis l’interconnexion de bon nombre de pays de la CEMAC par fibre optique. Pr Daniel Ona Ondo a aussi évoqué le chantier en cours de révision des directives de la CEMAC en matière de fiscalité avec l’appui du FMI.

Bien avant, le 14 octobre 2021 précisément, Pr Daniel Ona Ondo a pris part aux travaux de la Conférence des présidents du Parlement de la CEMAC. Prenant la parole en cette circonstance, le Président de la Commission a fait savoir aux honorables députés que les points inscrits à l’ordre du jour de la session sont finalisés. Ainsi, le rapport général sur le fonctionnement de la Communauté en 2021 et le projet de budget exercice 2022 sont prêts. La Commission n’attend plus que la validation du projet de budget par le Comité Inter-Etat et le Conseil des Ministres de l’UEAC avant de le soumettre au Parlement.

Suppression des frais de roaming

Un mois pour s’exécuter

Les opérateurs de téléphonie mobile en zone Cemac sont tenus de faciliter la mise en œuvre des 3 protocoles ainsi que celle du Règlement n°04/20-UEAC-CM-35 dans un délai maximal n’excédant pas 30 jours.

Daniel Ona Ondo (2è à partir de la droite): «bousculer» les opérateurs de téléphonie mobile

En Afrique centrale, il y a ceux, nombreux, qui pensent qu’aucune action d’envergure ne peut être menée par la Commission de la Cemac. Dans sa volonté ferme à voir la suppression des frais de roaming rapidement traduite dans les actes, elle donne un délai d’un mois aux opérateurs de téléphonie mobile exerçant dans l’espace communautaire. C’est d’ailleurs la recommandation forte qui ressort du communiqué final des assises de Douala. «Afin de donner aux protocoles ainsi signés leurs pleins et entiers effets, les premiers responsables des Autorités de régulation ont par suite recommandé aux opérateurs de téléphonie mobile en zone CEMAC de s’employer à faciliter la mise en œuvre desdits protocoles ainsi que celle du Règlement n° 04/20-UEAC-CM-35 dans un délai maximal n’excédant pas un mois», avise le document dont Intégration a eu copie.

À l’évidence, sur fond de contrainte, la Commission de la Cemac veut encourager les opérateurs de téléphonie mobile à adhérer à la concrétisation rapide de la suppression des frais de roaming en Afrique centrale. Dans son discours prononcé à Douala le 9 novembre 2021, Pr Daniel Ona Ondo a surtout montré que, au-delà de l’aspect contraignant, c’est davantage pour répondre à la volonté exprimée par les Chefs d’État de la CEMAC et traduite dans le deuxième plan opérationnel de leur Programme économique régional (PER) 2017-2021, adopté par le Conseil des Ministres de l’Union Économique de l’Afrique Centrale (UEAC) en février 2017 à N’Djamena, à savoir la mise en place d’un réseau téléphonique unique en zone CEMAC.

Pr Daniel Ona Ondo pense aussi que les opérateurs de téléphonie mobile boosteraient ainsi le processus d’intégration sous régionale. Le président de la Commission Cemac estime en effet que, le coût des services d’itinérance entre les pays de la zone s’avère aujourd’hui contreproductif, car, il pèse d’un poids «sournois et insoupçonné» sur les ressorts du marché commun. Or, soutient-il, les échanges entre les hommes et la libre circulation de l’information et des données constituent de précieux atouts. La suppression des frais d’itinérance correspond donc, en ce sens, à une suppression de barrières en vue d’une meilleure fluidité des échanges. C’est pourquoi il affirme que cette gratuité du roaming est désormais l’objectif recherché par toutes les instances régionales de régulation des télécommunications en Afrique. Ceci, dans le but de former un espace unique de téléphonie encore appelé «One single Network».

Pour mieux justifier l’urgence dans laquelle doivent se déployer les opérateurs de téléphonie mobile implantés en zone Cemac, le président de la Commission de la Cemac a fait valoir que la baisse des couts des services téléphoniques mobiles, surtout de l’itinérance mobile jouera un rôle majeur d’une relance économique qui dopera la productivité et développera diverses les prestations de services, au profit de l’opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), qui promet d’accélérer le développement de l’Afrique par l’accroissement du volume du commerce intra-africain.

JRMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *