Ciel de la Cemac : l’Espagne veut sortir de la zone de turbulence

Le ciel des relations entre la Commission de la Cemac et le Royaume d’Espagne n’est pas sans nuage. Le président de l’institution sous-régionale et l’ambassadeur d’Espagne en Guinée Équatoriale l’ont reconnu le 3 novembre dernier.

Le Pr Daniel Ona Ondo et lfonso Barnuevo Sebastián de Erice passaient en revue l’ensemble de la coopération au siège provisoire de la Commission à Malabo. A l’occasion, le diplomate espagnol a déploré la présence sur une liste noire de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) de certains opérateurs espagnols du transport aérien.

De manière précise, l’ambassadeur d’Espagne à Malabo «a fait état au président de la Commission de la Cemac, de la question des compagnies aériennes espagnoles blacklistées par la Banque de France et la Beac». D’après un communiqué de l’institution communautaire, lfonso Barnuevo Sebastián de Erice a dit être «à la recherche d’une solution». Il a notamment souhaité l’intervention du dirigeant sous-régional en vue d’une évolution positive de la situation. Une sollicitation à laquelle le Pr Daniel Ona Ondo s’est montré sensible en recommandant plutôt «à son interlocuteur de solliciter une audience auprès du gouverneur de la Beac à l’effet d’envisager une solution idoine», rapporte également le communiqué.

Ni la Commission de la Cemac, ni l’ambassadeur d’Espagne à Malabo ne sont revenus dans le communiqué sur l’identité des compagnies concernées ou sur les raisons d’une telle décision de la Beac. Le diplomate espagnol a seulement mis en perspective cet état de choses avec les problématiques liées à l’intégration régionale en Afrique centrale. L’idée pour lfonso Barnuevo Sebastián de Erice est d’insister sur la contribution de son pays aux côtés de la sous-région, à la «diversification économique, à l’industrialisation et aux infrastructures de transport multimodal (route, port, voie aérienne)».

Toutefois, le diplomate espagnol a également dit sa disposition «à examiner favorablement» nombre de doléances formulées par le président de la Commission. Notamment en ce qui concerne la «facilité d’accès au visa Schengen en faveur des diplomates de la Cemac munis d’un passeport diplomatique ou de service», a-t-on appris.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *