Université afro-américaine : sur la voie de l’excellence communautaire

De plus en plus à la Commission de la Cemac, on parle de la transformation en pôle d’excellence communautaire de l’Université afro-américaine d’Afrique centrale (AAUCA).

Et pour donner du contenu à cette ambition, une Mission technique conduite par le commissaire en charge de l’Éducation, de la Recherche et du Développement social s’est rendue du 17 au 24 octobre dernier sur le campus de cette institution. L’objectif stratégique de Jose Antonio Edjang Ntutumu Avomo était de «faire un état des lieux, plus ou moins exhaustif sur l’actuelle AAUCA, et de dessiner les contours réels, en termes de gouvernance académique, universitaire, pédagogique et scientifique de sa transformation», précise un communiqué de la Commission.

Mais de façon concrète, «les échanges se sont essentiellement focalisés sur la déclinaison des critères ou normes et standards internationaux d’attribution du statut de «Pôle d’excellence», ensuite, sur l’analyse de l’existant et l’évaluation des acquis ou besoins, aux différents niveaux de gouvernance universitaire, avec des emphases sur les forces/atouts et faiblesses/opportunités de l’AAUCA; et enfin, sur la formulation des recommandations et le relevé de conclusions, pour servir d’aide à la décision», indique le communiqué.

Le projet de transformation de l’AAUCA est destiné à offrir à la Cemac «des pratiques nouvelles, novatrices et plus attractives». La Commission entend dès lors «éviter de reproduire des modèles visibles dans la plupart des universités et écoles supérieures classiques de la sous-région». «L’idée est que les diplômés de l’AAUCA aient la même réputation que ceux des grands établissements figurant au classement de Shangaï ou des classements de même nature», renseigne un communiqué de la Commission de la Cemac.

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *