Accréditations de la CAN 2021 : Des prolongations pour les journalistes

Ils disposent d’un délai supplémentaire pour de nouveau soumettre leurs dossiers complets à la Commission nationale de délivrance de la carte de presse.

L’immeuble abritant les services centraux du ministère de la Communication à Yaoundé

La couverture médiatique de la Can 2021 est tributaire de la possession de la carte de presse. Au vu de cette exigence, pas moins de 73 dossiers ont fait l’objet le 22 septembre dernier d’un examen par la Commission nationale de délivrance de ladite carte. Et au terme de l’étude, environ 30 demandes «ont été rejetées pour non-conformité», peut-on lire dans Cameroon tribune du 23 septembre 2021. Cependant, une source au ministère de la Communication laisse entendre que les journalistes dont les demandes n’avaient pas été retenues ont droit à une séance de rattrapage. «Ils peuvent à nouveau soumettre leurs dossiers complets à l’instance». La source précise à ce sujet que «le plus tôt serait le mieux».

Conditions
Sur la foi des explications fournies par la secrétaire permanente de la Commission nationale de délivrance de la carte de presse, le précieux sésame n’est strictement délivré qu’aux professionnels du métier exerçant dans un média. «Pour celui qui est régulièrement sorti d’une école de journalisme, il faut six mois sur le terrain pour pouvoir prétendre à l’obtention de la carte de presse et pour être reconnu comme journaliste. En revanche, on tient compte également qu’il y a des personnes qui se sont formées sur le tas, et pour ce cas, il faut deux années d’expérience sur le terrain pour ceux qui ont à partir du Bacc et plus», précise Pascaline F. Nana Soh épse Pippa.

Procédure
La procédure est de constituer un dossier. Il comprend la demande manuscrite adressée au président, une copie certifiée conforme des diplômes et titres professionnels requis, ainsi que le cas échéant, les documents énumérés à l’article 8 du décret n°2002/2170/PM du 9 décembre 2002. En plus, le dossier doit contenir un contrat de travail ou une attestation d’emploi légalisé par les services du ministère en charge de l’Emploi, une attestation d’ancienneté délivrée par l’employeur; un bulletin n°3 du casier judiciaire datant de moins de trois mois, une copie certifiée de la carte nationale d’identité, quatre photos d’identité format, un reçu de versement à la Commission de 10000 FCFA; et des justificatifs de prestations visées à l’article 8 du décret ci-dessus.

Au total, une dizaine de pièces sont à fournir. Mais compte tenu des difficultés à rassembler toutes ces pièces, «la Commission laisse la latitude au demandeur de pouvoir déposer le dossier sous réserve de certaines pièces qu’il n’aurait pas pu obtenir, mais qu’il sera appelé à compléter plus tard, pour qu’il puisse le faire de manière harmonieuse, et dix mille FCFA qui constituent les frais d’étude du dossier et de production de la carte. Ça c’est pour les journalistes nationaux et dans le cas d’un nouveau dossier», tient à souligner la secrétaire permanente. Avant de poursuivre : «pour les étrangers, ils devront ajouter à toutes ces pièces, une copie de l’autorisation de séjour, puis ils paieront plutôt 25000 FCFA au lieu de 10000 FCFA».

Pour ce qui est des renouvellements par contre, on a trouvé bon «de simplifier la procédure et de demander la photocopie de l’ancienne carte de presse, copie certifiée de la carte nationale d’identité et puis les 10000 FCFA. Et pour ceux qui ont changé de médias, ils sont obligés de recommencer un nouveau dossier», précise enfin la secrétaire permanente de la Commission nationale de délivrance de la carte de presse au Cameroun.

Olivier Mbessité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *