Ibrahim Mbombo Njoya


Décédé le 27 septembre dernier en France, le sultan- roi des Bamouns a été conduit dans sa dernière demeure le 9 octobre 2021 à Foumban. Le président de la République, Paul Biya a décrété des obsèques officielles en la mémoire de ce grand serviteur de l’État. De l’oraison funèbre prononcée à cette occasion, l’on retient que le dignitaire traditionnel fut un homme au service de l’intégration culturelle des peuples africains. «Il faut dire que dans le monde actuel, la perspective de l’intégration est affaiblie, tandis que celle de l’individu, du sujet et des interactions devient de plus en plus prégnante. Les identités culturelles, qu’elles soient issues de l’immigration ou qu’elles procèdent d’une autre source, sont toujours susceptibles de se croiser, se mêler, se mélanger. En tout cas, intégrer la problématique de la diversité culturelle, c’est créer des conditions pour éviter les dérives identitaires et les menaces de fragmentation, rendues encore plus visibles avec la révolution de l’information». Prononcés lors d’une interview à la CRTV en janvier 2016, ces mots du monarque décédé ont été repris peu avant son enterrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *