Visite du PM dans le Nord-Ouest : des séparatistes font résonner la poudre.

Ils ont fait retentir des coups de feu au moment de l’arrivée de Joseph Dion Ngute à Bamenda.

En cet après-midi du 5 octobre 2021, le ciel est radieux dans la cité capitale du Nord-Ouest et ses environs. Il semble en tout cas favorable à l’arrivée d’un hôte de marque. Malgré le mot d’ordre de ville morte imposé par des séparatistes, quelques habitants de Santa, porte d’entrée de la région, ont bravé la peur et se sont massés à Matazen pour accueillir l’envoyé spécial de la première personnalité du pays.

C’est tout naturellement que le cortège du Premier ministre Joseph Dion Ngute s’immobilise en ces lieux (le péage de Matazen) situés à quelques encablures de la frontière d’avec la région voisine de l’Ouest. Le missionnaire du chef de l’État Paul Biya descend de son véhicule. Il est accueilli par Adolphe Lélé Lafrique Deben Tchoffo, gouverneur de la région du Nord-Ouest et sa suite. Après les civilités d’usage, le Premier ministre se saisit du micro baladeur pour saluer la population présente et leur signifier l’objet de sa visite dans les hautes terres du Nord-Ouest.

Le messager de la paix de Paul Biya utilise la langue usitée (le pidgin-english) pour se faire comprendre. «Je viens en tant que messager de la paix envoyé par le président de la République, chef de l’État, son excellence Paul Biya…… Nous avons assez ainsi souffert, c’est l’objet de ma présence ici. Je serai avec vous ici pour que nous discutions. Si quelqu’un a une préoccupation qu’il la présente, nous allons l’examiner. Nous étions voir ailleurs, on nous a dit que ce n’est pas bien. Que la population revienne à Bamenda, que la population revienne dans le Nord-Ouest, n’est-ce pas. (Oui… acquis à haute et intelligible voix la foule). Merci pour l’accueil que vous m’avez réservé. Je pars fier à Bamenda…» .

Joseph Dion Ngute n’a pas encore fini le développement de ses propos que des coups de feu retentissent. Des combattants séparatistes d’un lointain tirent des coups de sommation. C’est la panique générale. Malgré l’assurance des forces de l’ordre, invitant les populations à ne point paniquer, ce d’autant que ces tirs viennent de la montagne. «Ils sont loin dans les collines. Ne vous inquiétez pas», indiquent des éléments des Forces de défense et de sécurité. Mais rien n’y fait. Chacun cherche à se sauver.

Un cordon de sécurité se forme autour de chef du gouvernement Chief Dr Joseph Dion Ngute. Il est extirpé de la foule et ramené sous forte escorte vers son véhicule dans lequel il s’engouffre. Passées ces quelques minutes de frayeur, le cortège du Premier ministre, chef du gouvernement s’ébranle vers la cité capitale du Nord-Ouest où il va accorder des audiences aux dignitaires, élites, autorités administratives et judiciaires. Il va également évaluer non seulement l’implémentation sur le terrain du plan de reconstruction du Nord-Ouest, mais aussi et surtout, les recommandations du Grand Dialogue national, deux ans après la tenue de cette grand-messe à Yaoundé en vue de trouver une issue à la crise sociopolitique que traverse les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Zéphirin Fotso Kamga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *