Massacre des élèves de Kumba : peine capitale pour les assassins

Le tribunal militaire du Sud-Ouest à Buea a vidé son délibéré sur l’affaire du massacre de sept élèves de Kumba.

Les juges ont été sans état d’âme à l’endroit des quatre individus mis aux arrêts après l’assassinat de sept élèves âgés entre 9 et 12 ans survenu le samedi 24 octobre 2020. Le tribunal militaire de Buea a reconnu le 7 septembre dernier ces quatre individus coupables. Ils étaient poursuivis pour «terrorisme, hostilité à la patrie, sécession, insurrection, meurtre et possession illégale d’armes à feu».


Faut-il le rappeler, le 24 octobre 2020, neuf assaillants à bord de motos font irruption au sein du complexe scolaire Mother Francisca International bilingual Academy de Kumba dans le département de la Meme, région du Sud-Ouest. Ils se dirigent à Form One (classe de 6e). Ici, ils ouvrent le feu sur les apprenants en salle des cours. Le bilan fait état de sept enfants âgés entre 9 et 12 ans assassinés et treize blessés. Après leur forfait, les assassins fondent dans la nature en tirant des coups de sommation en l’air. Ce massacre avait provoqué l’indignation dans les quatre coins du globe. Les condamnations de cet assassinat des élèves ont fusé de partout. Du coup, la chasse à ces hors-la-loi a été lancée.

Cette course-poursuite s’était soldé par l’arrestation de quatre personnes et la neutralisation des autres. Ce 7 septembre 2021, soit environ un an après le crime, le tribunal militaire a condamné ces quatre individus à la peine de mort avec fusillade. Une sentence qui sonne comme un message fort à l’endroit de ceux des combattants séparatistes qui continuent à semer la terreur et la désolation dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis environ cinq ans que dure la crise sociopolitique. Ils ont 10 jours pour faire appel à cette sentence.

Zéphirin Fotso Kamga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *