Incident de Bali : des séparatistes menacent de mort les chrétiens de la PCC

Ils ordonnent la fermeture des églises PCC à Bali et conditionnent leur réouverture à la démission du pasteur de la paroisse Ntanfoang et du modérateur national de cette confession religieuse.

Un message audio virale fait le tour de la toile depuis le week-end dernier. Ce message est du groupe des combattants séparatistes «Buffalos de Bali» sous la coordination de leur commandant, un certain «Général Grand Pa». «Les Buffalos de Bali, forces de restauration de Bali décide : interdiction de fonctionnement de la PCC (Presbyterian Church in Cameroon, Ndlr) à Bali Nyonga jusqu’à la démission du modérateur et du pasteur de la paroisse PCC de Ntanfoang par Bali)», laisse entendre un combattant séparatiste dans ce message audio. Lequel message est rythmé de menaces de mort brandies à tout contrevenant à cette décision. «Toute personne qui pour quelque raison que ce soit, se rend dans toute église PCC sera abattue. Toutes les églises presbytériennes de Bali restent fermées», entend-on dans le message.

Cette menace des séparatistes intervient après l’inhumation le 4 septembre 2021 de Grace Titalabit, chrétienne assassinée par balle à l’église PCC de Ntanfoang au cours d’un échange de coups de feu entre séparatistes et forces de maintien de l’ordre.
En effet, le 22 août dernier, un incident intervient à l’église presbytérienne de Bali, paroisse de Ntanfoang. Une bombe de fabrication artisanale explose à quelques encablures de cette église au cours du passage d’un véhicule des forces de défense et de sécurité. Ces derniers se croyant piégés ouvrent le feu.

Les séparatistes tendeurs d’embuscades répliquent. On assiste à un échange de feu dont les balles atterrissent à l’église bondé des fidèles en pleine séance de culte. Le pasteur Révérant Voma Simon Montoh est atteint à la main. Une chrétienne en l’occurrence Dame Grace Titalabit est également atteinte. Si le pasteur s’en tire avec une blessure et est conduit pour des soins à l’hôpital, Grace Titalabit décède malheureusement sur-le-champ.

Le lendemain de cet incident malheureux, le Rev Fonki Samuel Forba, modérateur de la PCC depuis le siège à Buea dans le Sud-Ouest commet un communiqué dans lequel il affirme que «le culte se déroulait à la PCC de Ntanfoang dans l’arrondissement de Bali (…)lorsqu’il a été interrompu par des coups de feu. Le pasteur de la congrégation par ailleurs secrétaire du presbytère de Bali, le Rev Voma Simon Montoh était en plein ministère avec les chrétiens à l’intérieur de l’église lorsque soudain, il y a eu une forte déflagration à l’extérieur près de l’église, suivi des coups de feu. C’est au cours de ces tirs indiscriminés que nous avons appris que les balles ont arrosées l’église, blessant Rev Voma Simon Montoh à la main et tuant instantanément à l’église une chrétienne de la PCC, la nommée Grace Titalabit».

Par le même communiqué, le modérateur avait «condamné en des termes durs ce traitement inhumain et non nécessaire perpétré sur des enfants de Dieu par ceux supposés les protéger. Nous appelons les parties aux conflits au cessez-le-feu inconditionnel, surtout les dimanches et qu’une enquête soit ouverte par le gouvernement et les organes internationaux et les responsables traduits devant la justice».

Les séparatistes estiment que le leader de l’église PCC a manqué dans sa sortie, l’occasion d’inculper suffisamment les forces gouvernementales comme responsables de cet incident malheureux de Bali. Pour eux, le modérateur devait indexer les forces de défense et de sécurité. Ce qu’il n’a pas fait selon eux. D’où la décision des combattants séparatistes du groupe Buffalos d’ordonner la fermeture des églises PCC à Bali et partant, la démission du modérateur et du pasteur de la paroisse de Ntanfoang. «Ce n’est qu’après leur démission que les églises de cette obédience ouvriront à nouveau leurs portes pour accueillir les chrétiens», mettent en garde les séparatistes.

On se souvient que le chef de la division de la communication au Mindef avait indiqué que l’incident de Bali était la résultante d’un engin explosif improvisé visant les forces de défense et de sécurité, implanté par les séparatistes non loin de l’église PCC de Ntanfoang. À la suite de l’explosion de cet engin improvisé, les forces de l’ordre avaient réagi et les séparatistes dans les parages avaient répliqué. C’est au cours de cet échange que le pasteur et la chrétienne ont reçu des balles réelles qui ont entraîné fatalement cette dernière dans l’au-delà.

Zéphirin Fotso Kamga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *