Kyé-Ossi et Bitam : l’intégration numérique par l’exemple

Le Cameroun et le Gabon viennent d’envoyer un signal fort aux autres États de la sous-région.

Le Cameroun et le Gabon interconnectés

En étendant leur coopération au domaine des télécommunications, ils ont en effet donné l’indication que l’économie numérique est également un facteur intégrateur important et un moyen efficace de faciliter les échanges au niveau sous-régional. Les deux pays frères et amis se sont de fait engagés depuis le 14 juillet dernier sur la voie de l’interconnexion. Celle-ci est censée relier Bitam au Gabon à Kyé-Ossi au Cameroun au moyen de la fibre optique. La cérémonie d’inauguration a eu lieu mercredi dernier en terre gabonaise. Elle a été rehaussée par le présence de la ministre camerounaise des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng.

Dans sa consistance, l’infrastructure destinée à interconnecter le Cameroun et le Gabon est constituée d’«une fibre optique de type G652 de 96 brins posée en souterrain. Elle va couvrir une distance totale de 22 km permettant ainsi de raccorder les réseaux de transport (Backbone) des deux pays». Selon le dossier de presse, l’organe technique du côté du Cameroun est la Cameroon Télécommunications (Camtel) déjà en charge de la mise en place du Backbone national à fibres optiques.

Cela dit, il est déjà attendu un certain nombre de facilités au profit des populations des deux pays. C’est le cas «du développement de l’économie numérique, de la réduction de la fracture numérique, de la réduction des coûts de communications dans la sous-région, de l’amélioration de l’offre des services numériques et de l’amélioration de la coopération sous-régionale par l’interconnexion des universités et grandes écoles», ont notamment relevé les parties prenantes à la cérémonie d’inauguration.

Ainsi, les ressortissants de ces deux pays pourront dès l’aboutissement de la mise en place de l’infrastructure, bénéficier de nombreux services. Sans être exhaustif, il a été mentionné «une capacité offerte d’environ 100 terabits/s, les visioconférences, le E-learning, la télémédecine, ou encore le télétravail». Par ailleurs et pour le même bénéfice, la cérémonie d’inauguration à Bitam a également servi de prétexte à la signature d’un document en vue de «l’interconnexion des réseaux de fibre optique Gabon-Guinée Équatoriale».

En rappel, le Cameroun et le Gabon ont signé le 28 novembre 2019 à Libreville un protocole d’accord pour l’interconnexion physique des deux réseaux à fibre optique. «Leur mise en oeuvre, j’en suis convaincue, exige la mutualisation et le partage de nos expérience», a dit la ministre des Postes et télécommunications dans son propos de circontance.

Theodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!