Mme Minette Libom Li Likeng : Une page significative de l’intégration numérique sous- régionale vient de s’écrire

La ministre camerounaise des postes et télécommunications a participé le 15 juillet dernier à Bitam à la cérémonie d’inauguration de l’interconnexion des réseaux de transmission numérique entre le Cameroun et le Gabon. Une initiative dans le cadre de la mise en oeuvre du projet Central Backbonne ( CAB), qui vise à doter les pays de la sous-region d’un réseau de fibre optique sécurisé et interconnecté, en vue de maximer la fluidifier des échanges de biens et services entre les pays de la sous région.  Lire l’intégralité de son discours prononcé en présence de ses homologues gabonais et equato- guinéen.

 

Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de la Communication et de l’Economie Numérique de la République Gabonaise

Monsieur le Ministre en charge des Télécommunications de la République de Guinée Équatoriale

 Monsieur le Représentant de Zone de l’UIT pour l’Afrique Centrale et Madagascar 

Excellence Mme l’Ambassadeur du Cameroun en République Gabonaise

Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique 

Monsieur le Secrétaire Permanant de l’Association des Régulateurs des Télécommunications d’Afrique Centrale

 

Excellences, Mesdames et Messieurs en vos Rangs, Grades et Qualités respectives.

 C’est un réel honneur pour moi de m’adresser à vous ce jour, à l’occasion de la cérémonie officielle d’inauguration de l’interconnexion des réseaux de transmission numérique entre la République du Cameroun et la République Gabonaise.

Cette cérémonie mémorable, qui se tient ce 15 juillet 2021 à Meyo- Kyè (Bitam) au Gabon, est l’aboutissement d’un processus engagé depuis deux ans, pour l’interconnexion numérique et physique entre nos deux pays, à l’effet d’une mutualisation de l’accès à l’infrastructure haut débit, et par conséquent, de l’amélioration conséquente du partage d’informations et de données.

C’est donc une avancée importante dans le processus d’intégration numérique entre le Cameroun et le Gabon.

Aussi, je voudrais, avant de poursuivre mon propos, exprimer ma profonde gratitude à mon frère, Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de la Communication et de l’Economie numérique de la République Gabonaise, pour l’accueil chaleureux qui m’a été réservé, ainsi qu’à toute la délégation qui m’accompagne.

Je voudrais ensuite dire combien je suis sensible aux paroles aimables prononcées à l’endroit du Gouvernement camerounais,  ainsi qu’à l’hospitalité offerte à la délégation camerounaise.

Monsieur le Ministre et cher frère, grâce à votre hospitalité, nous nous sentons chez nous à Bitam, au Gabon.

A toutes les personnalités ainsi qu’à vous tous ici présents, j’adresse mes très cordiales salutations.

 C’est un sentiment de fierté qui m’habite en ce moment même, où une page significative de l’intégration numérique sous régionale est en train de s’écrire, à la faveur de cette inauguration de l’interconnexion des réseaux de transmission numérique entre le Cameroun et le Gabon.

Distinguées personnalités

Mesdames et Messieurs.

La cérémonie qui nous rassemble, rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet Central African Backbone (CAB). Et dans cette optique, les Chefs d’Etats d’Afrique Centrale avaient convenu de doter leurs pays d’un réseau de fibre optique sécurisé et interconnecté, en vue de maximiser la fluidité des échanges de biens et services entre les pays de la sous-région.

Aussi, dans ce cadre, le Cameroun et le Gabon ont signé le 28 novembre 2019, à Libreville, un protocole d’accord pour l’interconnexion physique de nos deux réseaux à fibre optique.

Cette cérémonie est d’autant plus importante, qu’elle vient concrétiser l’une des recommandations de la stratégie de l’interconnexion régionale pour l’Afrique, à savoir, mettre en place des systèmes intégrés d’infrastructures de télécommunications fiables, efficaces, et qui sont soutenues, par des politiques numériques d’inter-connectivité harmonisées.

Ces politiques constituent en effet, des réponses aux enjeux économiques, et surtout aux enjeux sociétaux et écologiques, qui se posent en termes d’appropriation de l’évolution technologique, d’industrialisation, somme toute, en termes de développement harmonieux, intégré et maîtrisé de nos pays.

Leur  mise en œuvre, j’en suis convaincue, exige la mutualisation et le partage de nos expériences.

Car, c’est en avançant ensemble, dans un processus d’intégration sous régionale via le numérique, que nous allons y parvenir.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Les infrastructures de haut débit, qui permettent le transfert de données à grande vitesse, sont  inextricablement liées à l’apparition de l’Internet, comme outil de connaissance utile, pour traiter les problèmes de développement durable.

Elles favorisent l’échange de contenus et sont de ce fait, étroitement liées au remodelage de l’économie de l’information, et à la transition vers une société du savoir dans nos régions.

Les infrastructures de haut débit se sont révélées très efficaces dans la transmission d’informations.

Leur déploiement s’est amplifié, en offrant de nouvelles opportunités dans les domaines liés à la santé, l’éducation, les services bancaires et l’administration en ligne, le réseautage social et la téléphonie par Internet.

Dès lors, ces infrastructures constituent un lien essentiel entre les fournisseurs des services, à savoir les Petites et Moyennes Entreprises du numérique, les entreprises commerciales, les administrations publiques, et la créativité développée autour des sociétés du savoir interconnectées.

Les États africains en construction sont confrontés en même temps aux défis de la mondialisation, caractérisée par l’affaiblissement des frontières et par l’intensification des mouvements transnationaux.

Ces derniers, vus comme moteurs du développement, et grâce à l’infrastructure TIC, sont facilités par l’intégration régionale.

Cependant, malgré les nouvelles perspectives numériques dégagées par la révolution des technologies de l’information et de la communication (TIC), notre sous-région reste confrontée à des faiblesses liées à l’accès à l’Internet haut débit, fixe et mobile, technologies à l’avant-garde même de la transition digitale de nos sociétés.

Excellence Mesdames et Messieurs 

Dans tous les pays du monde, l’accès au numérique favorise une croissance du PIB (Produit intérieur brut). Les technologies numériques font évoluer l’économie et influent sur le développement, grâce également à leur effet multiplicateur sur la création d’emplois, notamment pour les jeunes.

Dans les pays développés, le secteur des T.I.C, parce qu’il est aujourd’hui au cœur de la croissance et de la compétitivité, est l’un des plus dynamiques de l’économie.

        Dans les pays du Sud, encore quelque peu sous le joug de la fracture numérique, l’appropriation et la maîtrise des TIC constituent un préalable indispensable, pour amorcer un saut qualitatif vers la voie du développement.

Des initiatives nationales et régionales sont à cet effet prises, visant à faire de l’Afrique un continent mieux connecté. Des  grands chantiers sur les plans institutionnel, réglementaire et infrastructurel sont engagés pour la transformation digitale du continent.

C’est dire que l’économie numérique évolue à un rythme rapide mais très variable.

Pour qu’aucun pays ne soit laissé à l’écart, le renforcement de  la coopération sous-régionale est nécessaire, en vue d’une mutualisation des efforts de développement des infrastructures d’accès au numérique.

Il est clair que nos économies, qui sont à bien des égards complémentaires, bénéficieront d’un rapprochement des pays de la sous-région.

En ce qui concerne le Cameroun, Son Excellence Paul Biya, Président de la République du Cameroun, a fait de l’économie numérique la clé de voute de notre révolution économique.

Et dans les messages présidentiels de ces  dernières années, une constance se dégage: l’appel à rattraper le retard du pays dans le développement de l’économie numérique.

Dans ce contexte mondial marqué par la mutation vers le « tout numérique », le Cameroun a fait du développement de cette «nouvelle économie», celle dite numérique, une priorité de son programme, pour l’atteinte de son émergence.

Deux discours successifs du Chef de l’Etat camerounais marquent le début de cette ambition numérique. Un Message à la Nation d’abord, le 31  décembre 2015 et un Message à la jeunesse, le 10 février 2016. Dans les deux adresses, une même constance : l’impérieuse nécessité pour la génération de jeunes camerounais d’aujourd’hui, d’embrasser pleinement ce secteur d’activités, véritable « défi historique pour le devenir de la nation ».

Dans l’adresse du 10 février 2016, spécifiquement, le Président Paul BIYA définit clairement la feuille de route pour le développement de l’économie numérique (je cite) « le gouvernement devra poursuivre avec méthode et efficacité la mise en place d’une infrastructure adéquate mais aussi l’assainissement et la bonne régulation de ce secteur clé, dans l’intérêt de l’économie nationale et du développement de l’emploi-jeune ; les instituts de formation, publics ou privés, sont appelés à jouer leur rôle pleinement : ils doivent identifier les métiers nouveaux et adapter leurs programmes en conséquence ; les grandes entreprises et autres structures, publiques comme privées, sont appelées à donner l’exemple, en procédant progressivement à leur propre mutation numérique ; les institutions financières trouveront certainement leur intérêt à développer des programmes spécifiques, pour soutenir les projets portés par les jeunes dans cette nouvelle économie : c’est au prix d’un tel engagement collectif que nous allons gagner le pari d’une transition numérique réussie » 

En droite ligne de cette Vision présidentielle, une Stratégie de développement de l’économie numérique  a été adoptée avec comme principaux piliers : le développement de l’offre de produits numériques, le renforcement de la demande, la promotion de la régulation et de la gouvernance.

Pour ce qui est spécifiquement des infrastructures de Télécommunications et TIC, la Stratégie du Gouvernement camerounais vise à assurer l’accès pour tous, aux services de communications électroniques et, sur toute l’étendue du territoire national, à des coûts abordables, à travers la densification de l’infrastructure d’accès ; l’extension du réseau dorsal national en fibre optique (Backbone) ; et la multiplication des voies d’accès à l’international par le déploiement de câbles sous-marins.

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette Stratégie, de grands chantiers devant conduire le pays vers son émergence numérique ont été engagés.

Aussi, le réseau de transmission du Cameroun qui s’interconnecte désormais avec celui du Gabon comprend t-il, un backbone national à fibres optiques d’un linéaire de près de 15 000 Km.

Les câbles déployés comprennent : 18, 24, 48 et 96 brins.

En termes de couverture, les dix Chefs-lieux de Régions, 51 sur 58 Départements, et 209 sur 360 Arrondissements sont aujourd’hui desservis.

Nous ne le dirons jamais assez, le numérique joue un rôle de véritable catalyseur pour l’intégration sous-régionale dans les domaines économique et social. C’est pour cela que nos deux nos Gouvernements, doivent mettre en place des politiques et stratégies idoines favorisant la coordination des infrastructures communes d’intégration, afin de concrétiser  la volonté de coopération  de nos Chefs d’Etat respectifs.

Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de la Communication et de l’Economie Numérique de la République Gabonaise

 Monsieur le Ministre en charge des Télécommunications de la République de Guinée Equatoriale

 Monsieur le Représentant de Zone de l’UIT pour l’Afrique Centrale et Madagascar 

Excellence Mme l’Ambassadeur du Cameroun en République Gabonaise

Mesdames et Messieurs les Membres du Corps Diplomatique 

Monsieur le Secrétaire Permanant de l’Association des Régulateurs des Télécommunications d’Afrique Centrale

 Excellences, Mesdames et Messieurs en vos Rangs, Grades et Qualités respectives.

 La cérémonie qui nous rassemble ce jour est le signe de la volonté des gouvernements camerounais et gabonais de faire de l’interconnexion numérique, un levier de coopération pour le développement numérique dans nos deux pays.

 Il y a lieu de rappeler qu’à l’occasion de la Conférence Sous-Régionale sur le développement de l’économie numérique pour les pays d’Afrique centrale, qui s’est  tenue au Palais des Congrès de Yaoundé, du 23 au 25 mai 2018, il avait été recommandé entre autres les actions suivantes : L’adoption d’une vision intégrée des Etats sur le numérique ainsi que le développement d’une infrastructure d’interconnexion sous-régionale de qualité.

En date du 24 juillet 2019 les Ministres des Télécommunications et de l’Economie numérique du Cameroun et du Gabon se sont  retrouvés à Yaoundé, pour adopter, de manière consensuelle, un projet de Mémorandum d’Entente, lequel a été signé de manière solennelle à Libreville le  28 novembre 2019.

Cet important document, qui a fixé le cadre général d’une coopération entre nos deux Etats en matière d’interconnexion des réseaux de transmission numérique, portait sur quatre (04) principaux axes:

  • l’interconnexion physique et logique des réseaux à fibre optique du Gabon et du Cameroun ;
  • la coordination des circuits et de la bande passante pour l’acheminement du trafic entre les deux réseaux ;
  • l’offre mutuelle des voies de restauration pour la sécurisation des communications des deux réseaux ;
  • la mise en œuvre des projets d’intégration de la sous- région Afrique Centrale.

Nous nous félicitons donc de l’aboutissement, au prix de nombreux efforts, de cette coopération numérique entre nos deux Etats, qui contribuera sans aucun doute à l’édification d’une intégration durable dans notre sous-région, à travers les TICs.

Je ne saurai terminer, sans témoigner la reconnaissance du Gouvernement Camerounais au pays hôte, frère et ami, la République Gabonaise, qui a bien voulu accepter d’abriter cette cérémonie.

Les mêmes sentiments de gratitude vont à l’endroit de Monsieur le Représentant de Zone de l’UIT pour l’Afrique Centrale et Madagascar, ainsi qu’à Monsieur le Secrétaire Permanant de l’Association des Régulateurs des Télécommunications d’Afrique Centrale, pour leur accompagnement constant en vue du développement du numérique en Afrique Centrale.

L’interconnexion des réseaux que nous inaugurons ce jour, parce qu’elle permettra l’acheminement direct et fluide des communications électroniques entre les deux pays, et ce à des coûts compétitifs, contribuera à n’en point douter à accélérer la transformation digitale de nos pays.

Je reste persuadée que, grâce à ces raccords de connexion, nos deux pays sont prêts à faire face aux mutations sociétales entrainées par le numérique.

Il ne me reste plus qu’à lancer un appel, aux opérateurs en charge de l’exploitation et de la maintenance des réseaux fibres optiques, afin qu’ils garantissent un accès non discriminatoire à l’ensemble de tous les autres opérateurs, ainsi qu’une disponibilité continue des communications électroniques, bien entendu dans le respect des règlements en vigueur dans les deux pays.

Pour que 

Vive l’Economie numérique au Cameroun et au Gabon,

Vive l’intégration numérique sous-régionale,

Vive la coopération Cameroun-Gabon,

Je vous remercie pour votre bienveillante attention !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!