Camp de codage de la CEA : Le curseur sur le leadership du Cameroun

Le gouvernement camerounais est salué pour avoir intégré dans son logiciel de gouvernance le développement des infrastructures et la promotion de l’égalité numérique des sexes.

Le clic gagnant du Cameroun.

Tout faire pour que «la 4e révolution industrielle, celle du numérique, ne se déroule pas sans les femmes». Selon le chef du bureau de la CEA pour l’Afrique centrale, Antonio Pedro, c’est l’une des principales ambitions du Camp de codage des jeunes africaines connectées. L’événement en est à sa 2e édition et se déroule depuis le 5 juillet dernier à Yaoundé et en ligne. Programmé pour s’achever ce 16 juillet 2021, il a donné l’opportunité à différents responsables de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), de magnifier l’action du gouvernement camerounais dans le domaine du numérique. Minette Libom Li Likeng, ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), a ainsi reçu une standing ovation pour le leadership du Cameroun en Afrique.

Comme premier indice, Mactar Seck, coordonnateur du Camp de codage, s’est satisfait de ce que «le Cameroun présente sur les 8500 jeunes filles prenant part à l’événement, le plus grand nombre de participantes, soit 70%». Du propre aveu du responsable, ce n’est pas un hasard si le Cameroun abrite cette 2e édition. C’est bien en raison «de l’importance de l’économie numérique dans le pays. Sous la direction de Madame la ministre, des réalisations importantes ont été faites et qui font du Cameroun un pôle de technologies en Afrique centrale». Ainsi, Mactar Seck met volontiers à l’actif de la Minpostel «un leadership politique et un travail abattu pour donner l’accès aux TIC à l’ensemble de la population et en particulier aux femmes et aux jeunes filles».

Se montrant également satisfait, Antonio Pedro envisage pour sa part ce leadership en termes «d’environnement propice, de cadre infrastructurel, légal, de régulation et de partenariat». Ses propos font de ce fait écho à ceux de Minette Libom Li Likeng. Puisque selon la Minpostel, ces bonnes impressions tiennent du fait qu’«une Stratégie de développement de l’économie numérique et un Document national de politique genre» ont été élaborés. En outre, «le gouvernement se prépare à l’ouverture du Centre de développement de l’Économie numérique (Cdic). Les jeunes participantes trouveront alors un cadre idéal pour que bientôt nous ayons des jeunes filles à la tête des entreprises numériques innovantes», a-t-elle précisé.

En attendant, «les nominées du Camp de codage présenteront dès ce 23 juillet des projets concrets au cours d’une grande cérémonie à Yaoundé en présence de Vera Songwé, la secrétaire exécutive de la CEA», à en croire Antonio Pedro.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *