Circulation urbaine à Yaoundé : Le trouble des chauffeurs clandos

De Mvog-Mbi à Awae escalier, en passant par Nkoabang et Mokolo, les chauffeurs clandos occupent les chaussées, faute de stationnement, perturbant la fluidité du trafic.

Exemple d’un stationnement improvisé à Mokolo

Après la reconfiguration des routes dans certains secteurs de Yaoundé, certaines gares-voyageurs pour desservir les villes et périphéries de la cité capitale ont été démantelées. Avec elles, les aires de stationnement. Cela ne s’est pas fait sans conséquences. Désormais, l’on peut voir des transporteurs improviser des stationnements, y compris en les installant sur la chaussée. Il en résulte alors un désordre qui perturbe la fluidité du trafic et engendre des conflits les axes routiers. «Nous allons faire comment pour transporter les gens, c’est l’État qui doit nous trouver les espaces pour stationner», déclare Ndi, président des transporteurs de Yaoundé-Mfou à Siantou Mvog-Mbi. «Alors que l’on pense que la circulation sera aisée du fait de la restauration des routes, patatras, on assiste plutôt à une disparition des stationnements», se plaint le responsable bien servi par un policier qui lui donne le change. «Dégage ! On doit aussi arranger vos têtes», crie l’agent de police occupé à diriger la circulation. Pour ce dernier, cette passe d’armes relève simplement de ce que «les chauffeurs clandos sont parmi les usagers de la voie publique les plus inciviques».

Mfou
Au lieu-dit Awae escalier dans le 4e arrondissement de Yaoundé, il existe un stationnement pour Mfou. Mais, celui-ci n’a pas d’espace approprié. C’est la chaussée qui fait alors office de stationnement. Pour l’inspecteur de police Achille Ndong, en service au commissariat d’Ékounou, «cet état de choses est l’une des causes des paralysies et bouchons que les populations vivent dans cette partie de la capitale». Pas moins de 75 voitures occupent une partie de la route. Et Henri, vendeur à la sauvette du coin, pense également que c’est ce qui crée des embouteillages monstres dans cette localité. Plus encore, il n’est pas rare d’assister à des bagarres entre automobilistes, entre automobilistes et conducteurs de motos créant des scènes de quasi-insurrection. Jean Mbarga dit «petit oiseau», explique qu’il faut parfois 2 heures de temps pour partir du carrefour Nkomo pour Nkol Anga’a. À en croire ce dernier, «il faut éviter d’être dans cette fournaise aux heures de pointe. Une femme peut enfanter dans la voiture et cette situation est loin de d’être isolée», prévient-il.

Nkoabang
Non loin de là, à Nkoabang dans l’arrondissement de Nkolafamba, le carrefour est le lieu de stationnement pour de nombreuses destinations comme Awae, Elat et Nkolafamba. Ici, à longueur de journée, c’est un combat incessant entre les automobilistes, les mototaxis, les vendeurs et les agents de la mairie. Pour Annette opératrice de call box, c’est un véritable capharnaüm. «Les accidents ne nous font plus peur, même les querelles et les insultes», renseigne-t-elle. Suivant d’autres personnes du coin, les bouchons ne sont pas en manque. Et Anne Manga, regrette que la situation soit autant négligée par les autorités. «J’ai perdu ma sœur qui était dans une voiture qui chargeait et un grumier a percute la voiture», se souvient cette dernière.

Un fauteuil pour deux
Ce mercredi 30 juin 2021, à Mokolo dans le 2e arrondissement, pas moins de huit stations reparties sur un rayon de 25 mètres non loin de la station-service, sont identifiables. Les véhicules ne sont pas les seuls à se discuter la chaussée, les motos y mettent également du leur. Ce qui provoque des embouteillages. Ce d’autant qu’ils proposent les mêmes destinations. À savoir Nkolbisson, Ayene, Béatitude, Dagobert, ou encore Carriere Ngoya. Une situation qui provoque le courroux de Henri Kengmoe, mototaxi. «Depuis qu’on a arrangé cette route, ces vieilles voitures sont partout. Et nous, les motos, nous cherchons désormais où stationner», se plaint-il.

André Balla Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!