Examens officiels dans le Noso : Carton plein malgré les pesanteurs sécuritaires

Le dispositif sécuritaire a été renforcé ces dernières semaines pour assurer la sécurité des candidats et permettre à l’année scolaire de connaître son épilogue dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

La sécurité et la concentration au rendez-vous.

Il fallait montrer patte blanche pour accéder dans les différents centres d’examen disséminés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest la semaine dernière. Le contexte d’insécurité lié à la crise dite anglophone oblige. Cette saison, les séparatistes n’ont pas brandi comme les années antérieures, des menaces de perturbation du déroulement des examens. Est-ce un signe d’échec pour les séparatistes? Néanmoins, les autorités ont joué la carte de la vigilance car comme le dit un adage usité, «l’ennemi ne dort jamais». L’heure était donc à la prudence. La sécurité a été renforcée autour et dans l’enceinte des différents centres d’examens. Ceci afin de parer à toute éventualité en cas d’attaques armées présumées des séparatistes de la République fantôme d’Ambazonie.

Baccalauréat
Les épreuves écrites du baccalauréat, examen relevant de l’Office du Baccalauréat du Cameroun (OBC), ont démarré mardi dernier 8 juin 2021 sur l’ensemble du territoire national. Les deux régions anglophones, en crise sociopolitique et sécuritaire depuis environ cinq ans, n’étaient pas en reste. Dans le Nord-Ouest, cent dix candidats, dont 104 pour le centre du Lycée bilingue de Bamendankwe et six pour le centre de Kumbo, ont répondu présents à l’entame de cet examen qui ouvre l’accès à l’enseignement supérieur. On dirait un carton plein, car ce chiffre était attendu. Les candidats ont été soumis ce mardi à la littérature pour les séries A et C pendant que ceux de la série D cogitaient en philosophie. Dans le Sud-Ouest, quatre-vingt-douze candidats ont effectivement répondu présents au centre du Lycée bilingue de Molyko à Buea. «Aucune fausse note», remarque Mme le délégué régional des Enseignements secondaires du Sud-Ouest. À en croire Dr Étonde Mbua pour la citer nommément, seuls trois candidats ont répondu aux abonnés absents au Lycée bilingue de Limbe. «Les examens ont bien commencé ici dans le Sud-Ouest. Aucun problème à signaler. Il n’y a qu’au Lycée bilingue de Limbe qu’on a constaté l’absence de trois candidats».

General certificate of education (Gce)
Simultanément, la phase pratique des examens relevant du Gce Board a débuté mardi 8 juin 2021. Alors que les candidats au Gce ordinary Level consacraient leur première journée à la phase pratique de Food and nutrition, leurs ainés du Gce advanced Level étaient évalués en Chemestry au Lycée bilingue de Bamendankwe et ailleurs. Au Lycée technique de Bamenda Canada, les candidats au Gce Technical croisaient les méninges et les bras respectivement en electricity, brikeslaying, building industry, woodworks, et en motomecanics practicals. Bref treize spécialités dont la comptabilité.

Au terme d’une visite dans quelques centres, les délégués régionaux des Enseignements secondaires du Nord-Ouest et du Sud-Ouest notent avec satisfaction le déroulement des examens. Roland Ngwang, délégué régional du Minesec Nord-Ouest est d’avis qu’il y a une nette amélioration par rapport aux trois dernières années. «Au Lycée bilingue de Bamendankwe où se déroule les épreuves écrites du baccalauréat, tous les candidats attendus ont répondu présents et tout se déroule normalement. Là-bas, il y a aussi les épreuves pratiques de Food and nutrition et Home economic. Au Lycée technique de Bamenda, nous commençons ce matin (mardi dernier, Ndlr) avec trois autres spécialités qui accueillent un millier de candidats. Dans l’ensemble, la région présente près de vingt-cinq mille candidats; tous les examens confondus».

Au demeurant, l’incertitude qui planait jusqu’ici sur le déroulement des examens, du fait de la menace sécuritaire, n’a été qu’éphémère. L’espoir est permis jusqu’au terme de la phase écrite du probatoire et du Gce.

Zéphirin Fotso Kamga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *