Louisette-Rénée Thobi : Une femme et des défis à relever à la CONFEJES

Fraîchement élue au poste de secrétaire général de cette institution, la Camerounaise a un programme fort chargé à court et moyen termes.

Après les flonflons de son élection au secrétariat général de la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports et de la francophonie (CONFEJES) le 27 février dernier, Louisette-Rénée Thobi Etame Ndedi doit désormais jouer son rôle. Conformément à sa profession de foi, la Camerounaise (première femme à occuper le prestigieux poste) doit, pendant les cinq années de son mandat, rechercher des solutions innovantes pour assurer le financement de la CONFEJES. Selon la nouvelle élue, cette institution devrait doit faire preuve d’agilité afin de répondre aux défis présents et futurs en apportant des réponses appropriées à la jeunesse.

Et parce qu’après 50 ans d’existence, l’Afrique centrale, via l’élection de la quinquagénaire, se retrouve pour la première fois à 50 au sommet de la CONFEJES, l’agenda prévoit la préparation de la 39e conférence de cette structure en 2023 à Brazzaville (Congo). En prélude à ces assises, Louisette-Rénée Thobi Etame Ndedi projette de travailler sur le cahier de charges, en étroite collaboration avec les autorités congolaises.

Autres défis
Sur la ligne, il y a le 18e Sommet de la Francophonie en Tunisie annoncé pour les 20 et 21 novembre 2021, et la consultation de la jeunesse pour le cinquantenaire de la Francophonie. Pour avoir occupé le poste de directrice adjointe des programmes EPS/Sports à la CONFEJES, la Camerounaise cible ces événements pour asseoir un double projet. Le premier est relatif à l’institutionnalisation de la parité homme-femme au sein de l’organisation. Le second a trait à l’implémentation des réformes pour maintenir le leadership de la CONFEJES en matière de promotion de la jeunesse et des sports.
En rappel, la CONFEJES développe les liens de solidarité, de partenariat et de coopération multilatérale entre les États et les gouvernements membres d’une part, et les jeunes d’autre part. Elle soutient l’organisation des Jeux de la Francophonie en collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie et le Comité international des jeux de la Francophonie. En même temps, elle contribue au développement de la pratique sportive sous toutes ses formes. Elle existe depuis 1969 et rassemble 43 États membres.

Ongoung Zong Bella

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *