Pannes d’électricité dans les stades : ENEO s’explique

Le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun se dit également prêt à travailler avec les pouvoirs publics et autres acteurs pour éviter d’autres dysfonctionnements éventuels.

pannes dans les stades, Eneo s’explique 

Il y a eu, récemment, des coupures d’électricité au Stade de la Réunification de Bépanda et au Limbé Omnisport Stadium. Les images ont fait le tour de la toile. Et très vite, il fallait bel et bien trouver un bouc émissaire. Les internautes ont tout naturellement pointé du doigt Energy of Cameroon (ENEO). Après que cette étonnante nouvelle a fait le tour du web, le distributeur de l’électricité au pays a rapidement réagi.

La compagnie se dédouane

Selon ENEO, les dysfonctionnements d’électricité constatés dans les stades de Bépanda et Limbé sont dus à leurs propres groupes électrogènes. «Les normes internationales de la CAF exigent pour les compétitions, une alimentation principale des stades par leurs propres groupes électrogènes. L’alimentation via le réseau de distribution d’Eneo Cameroon n’interviendra toujours qu’en secours. C’est la règle», explique l’opérateur dans un communiqué. Les lignes et autres ouvrages de distribution construits et mis en service par Eneo sont disposés en redondance, apprend-on. Cette fonction a été «parfaitement remplie» par Eneo le 18 janvier 2021 face à l’incident survenu au Stade de Bépanda alimenté en premier lieu par les deux groupes électrogènes équipant le stade. «A la suite du défaut sur l’un des groupes, le seul groupe en service ne pouvant prendre toute la charge du stade s’est affaissé et a fini par s’arrêter. Après la temporisation normale de 8 minutes, il y a eu basculement sur le réseau Eneo. En 2 minutes, le réseau Eneo a repris toute la charge du stade. Le réseau Eneo a alimenté le reste du match entièrement», peut-on lire dans le communiqué.

Au stade de Limbe, le 23 janvier 2021, au cours de la seconde mi-temps du match Tanzanie vs Namibie, on a observé le dysfonctionnement d’un des 2 groupes fournis par le stade et exploités par CFAO, sur lesquels les 4 mâts du stade sont directement raccordés. «Ceci a eu pour conséquence l’extinction de 2 mâts sur les 4, et il s’en est suivi un arrêt du match. Les deux groupes alimentant directement les mâts, la configuration ne permet pas une reprise par une autre source, notamment le réseau de distribution. Après remise en service des groupes quelques instants plus tard par l’équipe CFAO, les 2 mâts précédemment éteints ont été rallumés et le match s’est poursuivi jusqu’à la fin sans problème», écrit la compagnie.

Capitaliser les expériences du CHAN

Pour tenter d’éviter ces pannes, et en fonction des schémas d’exploitation propres aux stades, le concessionnaire public du service de l’électricité se dit disposé à travailler aux côtés du gouvernement et d’autres acteurs pour assurer une suite de compétition «plus sereine». Il sera ensuite question de capitaliser les expériences de ce CHAN pour préparer les prochains rendez- vous sportifs (CAN 2022). A la demande du gouvernement et conformément aux normes CAF, Eneo Cameroon a construit les ouvrages de distribution de l’électricité dédiés à l’alimentation des stades de Yaoundé, Douala, Bafoussam et Garoua, soit au total 22 stades et annexes. Tous ces dispositifs, suivant les normes de la CAF, ne sont supposés intervenir qu’en deuxième redondance, la source principale des stades étant leurs propres groupes électrogènes.

Landry Kamdem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *