Vaccin contre le Covid-19 : vers un consensus sous-régional

Dans le contexte de crise sanitaire dans lequel la Cemac se trouve, il n’était pas possible de faire longtemps l’économie du débat sur la vaccination contre le coronavirus. Et les gouvernements l’ont bien compris.

Du 19 au 22 janvier dernier, les ministres de la sous-région en charge de la Santé se sont penchés sur cette problématique. C’était au cours d’une réunion par visioconférence, organisée à l’initiative de la Commission de la Cemac. Selon les termes de référence, l’objectif assigné à la rencontre était, précisément, «d’avoir un consensus sur toute la question relative à la mise en œuvre de la vaccination contre la Covid-19 dans la sous-région».

Sur l’état de santé de la Communauté depuis le début de l’année, il est en effet à noter que la réunion des ministres de la Santé s’est tenue dans un contexte sous-régional où «environ 900 nouveaux cas confirmés de la Covid-19, dont 300 actifs, ont été enregistrés au cours de la 1ère semaine de 2021» et où «la situation actuelle de la pandémie est, en général, quasi-stagnante, mais demeure, cependant, préoccupante, avec un nombre cumulé de plus de 56 000 cas confirmés, dont plus de 2600 encore actifs et 880 décès», présente le document.

Or, dans le même temps, «plus de 5 millions de doses de vaccins antiCovid-19 ont déjà été administrées dans le monde, surtout dans les pays européens, en Asie et en Amérique». Seule l’Afrique traine encore le pas, angoissée par une thérapeutique qui pourrait, selon elle, être pire que la maladie. Mais l’ampleur du mal dans certains pays et la découverte d’une nouvelle souche, laissent désormais très peu de place aux tergiversations. «C’est pourquoi l’Union africaine s’organise afin de mettre à disposition des Etats membres, des orientations nécessaires pour une règlementation efficace, ainsi que l’approvisionnement des vaccins antiCovid-19».

En se réunissant ainsi à la suite des experts, il était donc aussi attendu des ministres, qu’ils «s’accordent sur le ou les vaccins recommandables aux pays membres de la Cemac; qu’ils discutent de l’approvisionnement incluant la possibilité d’achat groupé du/des vaccins antiCovid-19 recommandé(s) par les pays membres; et qu’ils s’accordent sur un calendrier vaccinal anticovid-19, pour les pays membres de la Cemac, en privilégiant la synchronisation», relèvent les termes de référence. En tout état de cause, ces choix ont été opérés sous le contrôle scientifique de l’agence d’exécution de la Cemac qu’est l’Oceac, l’Organisation de coordination et de coopération pour la lutte contre les grandes endémies en Afrique centrale.

Théodore Ayissi Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *