L’Afrique centrale en proie à l’insécurité transfrontalière

Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies a présenté le 9 décembre dernier au Conseil de sécurité de l’Onu, la situation qui prévaut en Afrique centrale.

 

Dans son rapport qui rend également compte de l’activité du Bureau régional de l’institution internationale dans la sous-région, François Louncény Fall s’est dit inquiet. A en croire alors les premières indications du haut responsable, «l’insécurité dans toute l’Afrique centrale a continué d’être une source de préoccupation, y compris lorsqu’elle a une dimension transfrontalière, notamment dans le Bassin du Lac Tchad et dans le Golfe de Guinée, et en ce qui concerne la situation interne dans certains pays».

Parmi les menaces à la paix et à la sécurité que le représentant d’Antonio Guterres en Afrique centrale a commencé à identifier, il y a de façon concrète «Boko Haram qui continue d’être une menace sérieuse avec la multiplication des attaques et des enlèvements… au Cameroun et au Tchad». Mais il y a aussi la criminalité maritime organisée dans le Golfe de Guinée. A ce propos justement, François Lounceny Fall fait observer dans sa présentation que «le trafic de drogue, la traite des personnes et le trafic illicite des migrants ont continué à se développer», toutes choses qui l’ont amené à préconiser, en guise réponse, une riposte globale.

«On ne saurait trop insister sur le fait de traiter la crise dans le Bassin du Lac Tchad de manière globale, notamment dans le cadre de la Stratégie régionale de stabilisation, de redressement et de résilience des zones affectées par Boko Haram», a notamment fait valoir aux membres du Conseil de sécurité François Louncény Fall. De la même manière d’ailleurs que le responsable international a dit sa conviction que «les réponses aux menaces à la sécurité tant des États que des personnes ne seront efficaces que si elles sont coordonnées entre l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest», renseigne le rapport.

Dans la foulée, le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu a tenu à informer le Conseil de sécurité qu’il a été convenu avec son collègue de l’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, «d’intensifier leur engagement en faveur de la coopération et de la coordination interrégionales en matière de sécurité maritime dans le Golfe de Guinée», fait également savoir le document parvenu à notre rédaction.

Théodore Ayissi Ayissi (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *