ENSTP : Vers une nouvelle vocation

L’institution académique tient désormais le beau rôle de structure dédiée à l’inscription du Cameroun dans le club des nouveaux pays industrialisés.

 

«L’école des ingénieurs», davantage connue sous le label d’École nationale supérieure des travaux publics (ENSTP), n’est pas à la hauteur de sa réputation. C’est ce qu’a semblé indiquer Emmanuel Nganou Djoumessi, le 28 octobre 2020, au cours de la visite de travail qu’il a effectuée dans le campus de l’établissement universitaire placé sous sa tutelle. Pour le ministre, l’ENSTP dispose de laboratoires bien équipés, un potentiel à capitaliser. La collaboration avec l’Université de Padoue en Italie ne doit pas empêcher nos ingénieurs, pétris de créativité et d’inventivité, de faire de l’École de travaux une institution de recherche, permettant au Cameroun d’intégrer le club des nouveaux pays industrialisés.

Ceci passe par la conception, la réalisation et la maintenance des infrastructures de qualité. Durant son séjour, le ministre des Travaux publics, accompagné de son secrétaire d’État chargé des routes, a visité et apprécié la qualité des infrastructures d’accueil des étudiants, ainsi que les stands d’exposition des fruits des recherches des futurs ingénieurs. Il a particulièrement été impressionné par la création de Philémon Guylain Meka Elle, élève ingénieur en génie environnement. Ce génie camerounais est à la base du projet de production d’emballages biodégradables avec l’amidon de manioc. Ce type de recherche mérite, selon le ministre, d’être protégé, encouragé et vulgarisé.

Dans la foulée, le ministre a animé une série de concertations avec les équipes de direction, les personnels enseignants et non-enseignants, les représentants des étudiants. Le ministre a tenu à féliciter les participants pour la franchise dans les contributions. Il a invité les personnels de l’ENSTP à exploiter les différents cadres de concertation existants à l’effet de débattre des questions soulevées ce jour. Il s’agit, entre autres, de la connexion du campus à Internet, de rendre fonctionnel certains laboratoires, de la construction des amphis d’une grande capacité, de la délivrance des diplômes et de l’attribution de la prime d’excellence.

Emmanuel Nganou Djoumessi a également fait des recommandations, parmi lesquelles: la recherche des stabilisants devant être utilisés pour l’entretien des routes en terre de notre pays; la vulgarisation des résultats des travaux de recherches; la planification et la mise sur pied d’un calendrier académique; la mise sur pied d’un groupe de travail pour la relecture de la convention avec l’Université de Padoue en Italie, à l’effet de ressortir des propositions adaptées.

Olivier Mbessite (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *