L’API incite à l’investissement public et privé

L’Agence de promotion des investissements encourage les acteurs économiques étrangers et locaux à renforcer le tissu économique camerounais.

La DG de l’API accueille dans son stand des membres du gouvernement

On dirait qu’au Sago 2020, la posture de l’API (Agence de promotion des investissements) permet de combler les besoins ponctuels en informations afin de répondre plus efficacement à une question habituelle: à quoi sert cette structure? «Nous présentons le Cameroun à l’étranger comme une terre d’opportunité, nous travaillons pour l’attraction des investisseurs étrangers et la diaspora à investir au Cameroun, nous les incitons certes, mais aussi, nous les encourageons à mieux s’installer, et à renforcer notre tissu économique. Notre rôle ici au Sago est de mieux faire comprendre aux investisseurs qu’il y a de la place sur le marché», explique Lako Mbarga Peggy.

Sur la foi de la chronique économique locale, le véritable problème des investisseurs repose beaucoup plus sur les financements. Ainsi, ils font l’amalgame entre les établissements financiers qui octroient des financements pour les projets et l’Agence de promotion des investissements. Ceux-ci n’ayant pas les informations nécessaires ignorent les missions de cette organisation. L’API n’est pas toujous bien connue des Camerounais. Lako Mbarga Peggy éclaire le public dans ses propos: «les investisseurs confondent les établissements financiers et l’API. Elle n’est pas un établissement financier.

Elle incite à l’investissement public et privé. Nous nous occupons des dossiers des investisseurs que nous acheminons au ministère des Finances pour étude. Et plus loin nous pouvons signer des conventions avec les investisseurs, nous sommes beaucoup plus proches des investisseurs. Et enfin nous donnons des agréments aux entreprises qui souhaitent s’installer et développer les emplois».

Au niveau interne, l’agence de promotion des investissements joue le rôle d’interface entre les administrations et les investisseurs ou entreprises qui sollicitent ou ont obtenu le régime d’agrément contenu dans la loi n°2013/004 du 18 avril 2013 fixant les incitations à l’investissement privé au Cameroun. Ainsi elle accompagne les investisseurs dans les activités créatrices d’emplois. «Nous accompagnons les investisseurs locaux dans les domaines prioritaires comme l’agriculture, le numérique, les activités qui mettent à avant la création des emplois. Les domaines gaziers miniers et pétroliers ne nous concernent pas», ajoute-t-elle.

Olivier Mbessité, (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *