Jean-Pierre Amougou Belinga : Les soutiens se multiplient, les adversaires s’additionnent

D’un côté, un réseau de défenseurs de l’homme d’affaires se bâtit. De l’autre, une armée de pourfendeurs continue d’empoigner le «zomloa des zomloa».

 

«Marche pour Amougou Belinga; soutien à un frère». Samedi 29 aout 2020, dans les rues de Soa (banlieue de Yaoundé), les déclarations d’intentions de participer à un road-show à la gloire du promoteur du Groupe l’Anecdote fusent. Ce jour, plusieurs dizaines de jeunes ont décidé de quitter l’ombre des réseaux sociaux pour la lumière de la rue. Dans leur coming out, le message est clair: «Les jeunes: étudiants, mototaximen, entrepreneurs et autres réitèrent leur soutien indéfectible au Zomloa des Zomloa Jean-Pierre Amougou Blelinga, l’un des architectes remarqués du Cameroun dont S.E. Paul Biya est le maitre d’ouvrage». Pour l’instant, on ignore l’identité de l’instigateur de ce mouvement. Toutefois, du peu qui est connu, c’est le «camp de ceux qui conservent toute leur sympathie pour Amougou Belinga», selon un manifestant sous pseudo.

 Après la rue, la suite s’est encore déployée sur la toile. Par des stories ou de simples publications, plusieurs internautes se sont découvert la capacité à restaurer l’image du patron et homme d’affaires. «On en est à un point aujourd’hui où il faut résister. Dire “non, on ne veut pas la fin de l’empire de notre frère», balance bruyamment quelqu’un sur Facebook. Comme lui, ils sont nombreux à annoncer leur mobilisation en faveur du dignitaire Mvog-Belinga. À leurs oreilles, Amougou Belinga rime avec «nouvelle vision des affaires au Cameroun». Et n’hésitant pas à verser dans l’émotion, un autre internaute parle de «réussite dans l’enfer». Globalement, les avis sont porteurs des déceptions des uns et des autres, réalisant dans la douleur que les fastes de l’empire risquent de disparaitre pour de bon. 

C’est dans le même sens qu’il faut écouter les prières élevées  le 28 août 2020  à la mosquée An-Nasr de Bessengue (Douala 1er). « Nous avons décidé de sortir de notre silence pour non seulement adresser une motion de soutien au président directeur général du groupe l’Anecdote, mais aussi pour faire des prières afin que le Seigneur puisse lui venir en aide afin qu’il puisse sortir glorieusement et victorieusement de la situation dans laquelle il se trouve actuellement», a résumé, devant la presse,  Aminou Fondignigni, imam principal. 

Contrepoids

En face, la cadence des coups de poignard en plein cœur du «Zomloa des Zomloa» est infernale. À peine cicatrisées, les plaies sur la réputation de Jean-Pierre Amougou Belinga s’ouvrent; le tout cumulé à un traitement médiatique à charge. Dans un communiqué daté du 22 aout 2020, le Conseil africain des médias accuse le PDG du Groupe l’Anecdote «d’usurpation de titre, faux et usage de faux». L’accusation fait suite aux déclarations du patron de Vision 4 selon lesquelles il aurait été président dudit conseil. «Jean Pierre Amougou Belinga n’a jamais été président du Conseil africain des médias, qui ne l’a mandaté en aucun cas pour quelque acte que ce soit», souligne le document expédié depuis Malabo en Guinée Équatoriale. Le 20 aout 2020, dans un communiqué officiel, le gouvernement de ce pays, via le ministère des Affaires étrangères, démentait certaines informations rapportées par la chaine de télévision Vision 4, selon lesquelles l’homme d’affaires Jean Pierre Amougou Belinga aurait reçu, avec le DGSN Mbarga Nguele, une somme de 50 milliards FCFA, ceci après avoir éventré un coup d’État en préparation en Guinée Équatoriale. 

Engagée depuis, avec la mise à nu des conversations privées du boss de TéléSud, la stratégie d’enfermement semble avoir nourri beaucoup de rancœur, ostracisant du même coup Jean-Pierre Amougou Belinga. Visiblement emporté par un syndrome de colère, ce dernier a, le 21 aout 2020, décrété la fermeture temporaire de son groupe médiatique. 

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *