Zlecaf : Le secrétariat inauguré, inauguration ce lundi à Accra

La Africa trade house, bâtiment abritant le secrétariat de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) a été  rétrocédé le 17 août 2020 à l’Union africaine ce jour en présence du président ghanéen, du président de la commission et de l’ordinaire des lieux le secrétaire Mene Wankele.

 

Le quartier général de la Zlecaf affiche fière allure à Accra

C’est une étape importante dans l’entrée en opérationnalisation de l’accord de libre-échange continental africain. Le secrétariat de la Zlecaf prend possession de ses locaux à Accra au Ghana. La cérémonie de prise de siège se déroule sous la présidence du président Nana Akufo Addo. Le président de la commission de l’UA et le secrétaire de la Zlecaf seront également là. Car le bâtiment sera rétrocédé à l’organisation continentale au titre de son patrimoine. Il est gracieusement offert par le gouvernement du Ghana. Dans le cadre de l’accord de siège, que nous avons pu consulter, le Ghana était tenu de fournir un complexe de bureaux entièrement meublé comme siège et une résidence officielle pour le secrétaire général.

Le Secrétariat, qui administrera l’accord de libre-échange pour la création d’un marché unique contenant 55 pays africain, est situé place Libéria Road à Accra, capitale du Ghana. Le Ghana a été sélectionné par les États membres pour accueillir le Secrétariat de la Zlecaf en juillet 2019 lors du 12e Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) qui s’est tenu à Niamey, au Niger.

Pour d’aucuns, l’implémentation du siège de la Zlecaf au Ghana fait de pays d’Afrique de l’Ouest la future capitale des échanges en Afrique. Accra a ainsi une opportunité de devenir un pôle régional d’investissement en Afrique. Les activités économiques du pays pourraient en tirer profit au travers d’un boom.

Négociations

La pandémie du COVID-19 a imposé une suspension des négociations et du processus d’implémentation. Les règles d’origine ne sont pas prêtes, seulement 11 pays ont transmis leur offre tarifaire pour le commerce du bien dont les 6 de la Cemac. Et 7 seulement ont transmis les offres tarifaires pour le commerce des services. Bien plus, très peu d’Etats ont incorporé dans leur dispositif national le démantèlement de la Zlecaf. Ce qui est un truisme. Dans un communiqué rendu public jeudi 13 août 2020, l’UA a annoncé que les négociations allaient reprendre et vont se tenir en visioconférence. Ceci dans le but de tenir le délai du 1er janvier 2021 comme début du démantèlement.

En avril, Wamkele Mene, secrétaire général de la Zlecaf, avait déclaré qu’il serait impossible de commencer à commercer le 1er juillet de cette année comme prévu en raison des perturbations causées par la pandémie de COVID-19. Il a ajouté que la commission de l’UA a « constitué un comité d’experts de haut niveau qui offrir des conseils aux hauts responsables du commerce des États membres chargés du programme Zlecaf ».

BO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *