Axe routier Yaoundé – Mfou : une « fiscalité d’arnaque » met transporteurs et riverains en colère

Les agents communaux, exerçant sur un segment du tronçon reliant la capitale au chef-lieu du département de la Mefou-et-Afamba, sur la sellette.

 

Deux postes de péage municipal sur un tronçon d’une vingtaine de kilomètres, les habitants et les transporteurs de l’axe routier Yaoundé – Mfou n’en veulent plus. Selon des sources, ils l’ont fait savoir le 21 janvier dernier à l’élite du département de la Mefou – et – Afamba rassemblée  à l’Hôtel de ville de Nkolafamba, pour la cérémonie  de remise des prix aux lauréats du bac 2017, parrainée par l’Association pour le développement des arrondissements de Mfou et de Nkolafamba (ASDAMN). La requête verbale, adressée séance tenante au sénateur Sylvestre Naah Ondoua,  Zacharie Mbatsogo (alors directeur de l’Office du baccalauréat du Cameroun) et Roland Amougou Etogo (directeur de l’Ecole pratique d’agriculture de Binguela), exprimait le ras-le-bol des chauffeurs et des riverains à propos de «la collecte par les agents de la mairie de Nkol – Afamba (sur la route Yaoundé-Ayos) et ceux de la mairie de Mfou, de certaines taxes».

D’après les conducteurs de voitures de transport en commun, «sur une petite distance, deux postes de péage ont été érigés». Ces entités de collectes exigeraient, chacune, aux usagers de s’acquitter de ce qui s’appelle là-bas, «le péage». Exaspérés par le fait, ils ont, le 1er février dernier, décidé unilatéralement de ne plus obéir à cette «fiscalité d’arnaque». Ce qui a mis le feu aux poudres, avancent quelques-uns, c’est l’échauffourée entre un chauffeur de la ligne Ndangueng-Yaoundé et les préposés de la marie de Nkol-Afamba. Le premier s’était plaint d’être déconnecté de la hausse subite de la taxe, passée de 200 francs à 500 francs CFA. L’intéressé aurait demandé avec véhémence  la requalification de cet «impôt». La suite a dégénéré en rixe violente le 18 janvier 2018.

Quant aux riverains dont les commerces sont situés à cheval entre «le territoire de Nkol-Afamba» et celui de Mfou, ils ne comprennent pas pourquoi, de temps à autres, les agents (vrais ou faux selon eux) les assignent à s’acquitter de l’impôt libératoire. Eux-aussi ont tenté d’ériger des barricades sur la route le même jour, avant de capituler.

A Mfou tout comme à Nkol-Afamba, les édiles des deux localités n’ont pas osé s’exprimer malgré toute insistance. Tout au moins, il se chuchote qu’une séance de travail est envisagée entre Roger Belinga et Jean François Ondigui Owona.

Vieille affaire

Elle date de l’époque de Foé Amougou (le père du feu footballeur Marc Vivien Foé), ex-maire de la commune de Nkol-Afamba. A l’insu de ce dernier, des citoyens véreux auraient imposé leur «péage» sur l’axe Yaoundé – Mfou. Une bataille juridique s’en était suivie avec les autorités municipales du chef-lieu de la Mefou-et-Afamba. Elle aurait abouti à un consensus entre les deux parties. Au moment où cet imbroglio refait surface, il remet au goût du jour le problème de compétence territoriale plus ou moins mal cadré au Cameroun.

 

JRMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *