Charlotte Dipanda


C’est elle la nouvelle ambassadrice au Cameroun du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Dans un communiqué qu’il a publié le 13 juin dernier, l’organisme onusien souligne que l’icône de la musique camerounaise a choisi de mêler sa voix au plaidoyer en faveur des droits de l’enfant. «Sa notoriété et sa capacité d’influence peuvent aider à attirer l’attention de la communauté nationale et internationale sur la situation des enfants au Cameroun et au-delà». Née le 18 juillet 1985 à Yaoundé, l’ancienne pensionnaire de l’Institut Art Culture Perception (IACP) de Paris affiche un CV qui en dit long sur sa capacité à transcender les frontières et œillères. L’église, le chant choral, le gospel, et puis le soul, de Jill Scott à Anita Baker, cette voix de contralto, profonde, grave, peut aborder bien des registres, tout comme son répertoire emprunte aux dix régions qui façonnent le Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *