INTÉGRATION CONTINENTALEUncategorized

7ème Art : hommage à Ousmane Sembene

Ce sera dans le cadre de la 27ème édition du Festival Écrans noirs appelé à se tenir du 14 au 21 octobre 2023 au Cameroun. L’honneur sera ainsi fait à l’icône et réalisateur du premier long métrage africain.

 

Le Festival Écrans noirs acte 27, c’est du 14 au 21 octobre prochain au Cameroun. Cette 27ème édition entend rendre hommage à l’une des figures historiques africaines, l’écrivain et cinéaste Ousmane Sembene. C’est la quintessence du point de presse donné le 14 septembre dernier à Yaoundé. À cette occasion, une forte délégation conduite par le ministre du Patrimoine et de la Culture du Sénégal prendra part aux festivités. En effet, Ousmane Sembène est l’icône qui a aidé et soutenu le festival à «naître et grandir au Cameroun, territoire de l’Afrique centrale», peut-on lire dans le communiqué de presse. Ce soutien indéfectible part du constat que « l’Afrique centrale est le ventre mou du cinéma africain. Son regard se tournait vers nous lorsqu’il le disait et nous convainquait sans le savoir de créer les Écrans noirs qu’il fréquentait assidument. Il est fait citoyen d’honneur de la ville de Yaoundé en 1999 et Écran d’honneur en 2006», fait savoir Lazare Étoundi, directeur délégué du Festival Écrans noirs. En outre, il est l’une des «grandes figures africaines et mondiales qui ont impacté le monde de la culture en général et celui du cinéma africain en particulier. Il aurait eu 100 ans en 2023, puisqu’il est né en 1923», poursuit le directeur délégué du Festival Écrans noirs dans son allocution.

Activités
Selon Narcisse Wandji, directeur artistique du Festival, plusieurs activités phares vont meubler la 27ème édition. On aura les ateliers Écrans noirs. C’est une plateforme de renforcement des capacités des jeunes, non seulement des Camerounais, mais aussi des jeunes de la sous-région Afrique centrale. Pour cette année, nous avons décidé de faire le focus sur la zone de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Pour l’édition prochaine, «on va s’étendre à toute l’Afrique centrale, il faut aussi voir les pays comme le Burundi, le Rwanda, la République Démocratique du Congo RDC) et bien d’autres», précise le directeur artistique. du Festival Écrans noirs.
L’atelier des Écrans noirs contient trois modules de formation. Notamment : l’écriture du scénario, la production et enfin le jeu d’acteur. En plus, il y aura le cadre de réflexions qui repose sur la production indépendante nationale africaine, et panafricaine. «Il est question dans le cadre de cette activité de réflexion sur l’état des lieux de la production indépendante nationale au Cameroun. Quel est le parcours après cinquante ans de cinéma aujourd’hui ?», s’interroge le directeur artistique. Et de poursuivre : « on va s’arrêter un moment et faire l’état des lieux des textes juridiques qui régissent l’activité cinématographique et l’audiovisuel au Cameroun ; voir s’ils sont encore adaptés au contexte avec l’avènement du numérique. Et aussi, il faut voir les relations que les maisons de production ont avec les diffuseurs ou également avec nos institutions. Il faut aussi réfléchir sur comment financer le cinéma, les alternatives locales qu’on peut exploiter pour soutenir la production indépendante nationale. Et au niveau international, il est question de voir comment inciter les coproductions internationales et les productions camerouno-camerounaises. Nous produisons plus de cent films par an et on est étonné qu’une dizaine seulement parvienne à traverser le Wouri», s’indigne-t-il.

Olivier Mbessité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *