Le CHIFFRE

50 milliards FCFA

Ce montant représente la provision budgétaire constituée pour l’organisation des élections en 2018 à la demande du président camerounais. Cette provision laisse croire que Paul Biya tient à la tenue des quatre élections (municipales, législatives, sénatoriale et présidentielle) fixées par loi cette année. En effet, le coût des éditions antérieures des scrutins municipal, législatif et présidentiel s’était situé à 33 milliards de francs CFA. Une somme de 21 milliards avait été mobilisée pour la présidentielle de 2011. Le double scrutin législatif et municipal qui s’était déroulé deux ans plus tard avait  bénéficié d’une dotation de 12 milliards. Avec pour corps électoral les conseillers municipaux, l’organisation des sénatoriales est moins lourde. Ce qui fait dire à certains que la provision budgétaire pourrait même couvrir les élections des conseillers régionaux. Prévues par la constitution de 1996, les conseils régionaux ne sont toujours pas mis en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *