40 mille

C’est l’estimation faite par l’Onu du nombre de déplacés internes dans les seuls arrondissements de Mamfe et Kumba (région du Sud-ouest), parmi les plus touchés par la crise anglophone.

A en croire Allegra Maria Del Pilar Baiocchi, coordinateur humanitaire de l’Onu pour le Cameroun, il y a «de nombreux besoins humanitaires» pour les cinq millions d’habitants des régions anglophones du Cameroun. «Il y a beaucoup de questions sur l’accès», indique Mme Baiocchi.

De fait, le gouvernement limite les possibilités de déplacement dans les deux régions soumises à des couvre-feux pour les civils et où les ONG sont rarement autorisées à se rendre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *