3,55 milliards de francs CFA

C’est le pactole généré par les industries extractives dans les caisses de l’Etat du Cameroun à la faveur de la signature de nouveaux contrats pétroliers et la promulgation d'un nouveau code minier
Les billets de banque

C’est la part du budget de l’Assemblée nationale consacrée au renforcement du contrôle parlementaire de l’action gouvernementale en 2018. Chaque année, une enveloppe tournant autour de ce montant est budgétisée. Ceci pour financer ce programme visant à contribuer à l’efficacité des politiques publiques, avec comme indicateur le «taux de contrôle du programme d’investissement prioritaire du gouvernement».

Mais comment cette institution s’y prend-elle pour remplir cette mission si tant est que la dernière commission d’enquête parlementaire remonte à Mathusalem? En plus, les rapporteurs spéciaux chargés du contrôle des dépenses publiques n’ont plus donné de nouvelle depuis leur installation en grande pompe le 26 mars 2015. Qui s’assure que cet argent est bien utilisé à cette fin, les audits et autres contrôles ne concernant quasiment jamais l’Assemblée nationale ? Il y a des raisons de s’inquiéter quant à la destination prise par ces allocations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *