30 %

C’est le taux de représentativité féminine fixé par la Conférence de Beijing en 1995. À l’occasion de la Journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars dernier, Marie Thérèse Abena Ondoa, ministre de la Promotion de la femme et de la Famille (Minproff), a indiqué que le Cameroun l’a atteint et même dépassé. Utilisé dans la plupart des projets de loi considérés ici, l’argument de proportionnalité dans le pays, a estimé la Minproff, met en avant l’exigence de représentativité. Cette exigence, a-t-elle ajouté, signifie que la composition des assemblées politiques élues doit refléter, le plus fidèlement possible, l’importance quantitative des différents groupes sociaux que compte la communauté camerounaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *