26: milliards de francs CFA

C’est le pactole généré par les industries extractives dans les caisses de l’Etat du Cameroun à la faveur de la signature de nouveaux contrats pétroliers et la promulgation d'un nouveau code minier
Les billets de banque

C’est le montant d’une ligne de crédit ouverte par l’Agence française de développement (AFD) dans le cadre du Plan de gestion environnementale et social (PGES) du barrage de Lom Pangar (région de l’Est du Cameroun), a-t-on appris le 28 mars dernier auprès de l’ambassade de France au Cameroun. Selon S.E. Gilles Thibaut, le maître de céans, cet argent représente la seconde phase d’un financement global de 39,3 milliards de francs CFA. La première phase d’un montant de 13 milliards a été consacrée au paiement des travaux de la maîtrise d’œuvre sur le barrage réservoir. Concrètement, les financements de l’AFD servent à la protection et à la surveillance du parc national de Deng Deng (Est) et sa zone périphérique, la construction des postes de contrôles forestiers et chasses à Lom I et à Ouami, toujours dans cette partie du pays, l’enlèvement du bois dans la retenue d’eau de Lom Pangar et la création des forêts communautaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!