Pour 2020, le Minpostel a sa «fable des matières»

Cette administration publique entend, au courant de cette année, continuer de faire figure d’avant-gardiste des projets phares.

Photo de famille à l’issue de la conférence annuelle du Minpostel

Profondeur, apparat et émotion. Il ne manquait plus qu’une rétrospective pour couronner le bilan 2019 au Minpostel. Tout en restant dans l’épaisseur des choses et du temps, Mme Minette Libom Li Likeng a lancé la conférence annuelle des services centraux et déconcentrés de l’administration dont elle a la charge. Le 23 janvier 2020 à Yaoundé, la ministre a tracé le sillon autour d’un thème: «le secteur des postes, des télécommunications et des TIC dans le chantier de l’émergence du Cameroun: le triple défi de la compétitivité, de l’attractivité et de la créativité».

De la matière pour laisser libre cours à une réflexion pointue sur le comment améliorer les performances de cette institution gouvernementale. Dans la salle annexe du Minpostel, libre expression, création ouverte, échanges appuyés ont servi de devise; ce d’autant plus que, a dit Mme Minette Libom Li Likeng, «le thème de la rencontre oblige à faire le bilan 2019 des activités; d’identifier tous les écueils et d’arrêter une feuille de route 2020 permettant à notre secteur de relever les défis qui se posent à lui en termes de compétitivité, d’attractivité et de créativité pour l’émergence du Cameroun».

Ainsi, les discussions entre cadres et experts en ce début d’année 2020, par-delà leurs multiples variantes, ont posé, au sujet de l’économie numérique, un diagnostic clair: le Minpostel accuse un retard dans l’appropriation des données statistiques. Comme solution proposée par Babissakana (invité spécial), on retrouve l’urgence de contrecarrer les effets d’une navigation à vue par des recettes du type allègement des procédures administratives. Pour l’expert financier, le noyau de l’enchaînement vertueux se trouve là.

Projets
À plusieurs égards, le personnel du Minpostel a été bien obligé de reconnaître la pertinence du diagnostic. Belle recette pour continuer de faire figure d’avant-gardiste des projets phares à mener courant 2020. Parmi ceux-ci, l’on retient: l’amélioration de la qualité du service de tous les acteurs qui sont sous l’autorité de ce ministère; la formation de pointe dans le secteur, pour s’arrimer aux standards internationaux; l’accompagnement et l’encadrement des initiatives et projets qui témoignent du génie des jeunes camerounais; la restructuration de la CAMPOST, grâce au contrat plan État-CAMPOST et le renforcement de la régulation en vue de l’assainissement des activités postales.

De tels projets, portés par ceux à qui les pouvoirs publics ont confié la conduite de la politique du secteur des P et T, ont un sens très précis. Ce sens a été réaffirmé au cours de la cérémonie de présentation des vœux de Nouvel An à la ministre, le 23 janvier au grand amphithéâtre de la Croix-Rouge camerounaise à Yaoundé. Dans son discours, Mme Minette Libom Li Likeng n’avance pas vraiment d’arguments nouveaux dans les débats de la veille. Les recommandations adoptées se présentent comme le manifeste de tous ceux qui veulent faire avancer les choses au Minpostel. C’est également ce registre que choisit «la mère» pour dire «bonne année» à ses collaborateurs. Et, plaisantant devant la presse, elle englobe le tout dans ce qu’elle appelle «la fable des matières de 2020 au Minpostel».

Jean-René Meva’a Amougou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!