187

C’est le nombre d’anciens membres camerounais du groupe djihadiste nigérian Boko Haram qui ont décidé de regagner volontairement le pays. Cette information a été donnée par l’Agence France Presse (AFP), le 15 février dernier. Originaires du département du Mayo Sava (Extrême-Nord), ces personnes, parmi lesquels des enfants de moins de 15 ans, ont été conduites à la base de la Force mixte multinationale (FMM).

Après des enquêtes pour tenter de s’assurer qu’ils ont définitivement rompu les liens avec la secte, ils ont été transférés à Mowouré dans l’Extrême-Nord. Un millier de ces ex-combattants serait pris en charge par le Programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) mis en place par les autorités camerounaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *