13 milliards FCFA d’intérêts générés par les avoirs en devises centralisés par le Beac

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) était acculée ces derniers jours au sujet d’une nouvelle dévaluation du FCFA.

Cette situation a obligé le gouverneur de l’institution bancaire à se prononcer définitivement sur la question. Parmi les arguments mobilisés par Abbas Mahamat Tolli pour rejeter cette éventualité, il y a ceux qui portent sur les avoirs en devises centralisés par la Beac et gérés sur le compte d’opérations en France.
En se référant au rapport de gestion dudit compte qui couvre la période de décembre 2018 à décembre 2019, le gouverneur de la Beac a fait savoir que les avoirs en devises ont généré des intérêts. «Ceux-ci ont été de près de 13 milliards FCFA, ce qui représente une hausse de 35% en comparaison avec ceux générés au terme de l’année 2018 (9,5 milliards de FCFA)», s’est félicité Abbas Mahamat Tolli.

Selon le responsable communautaire, «Cette performance a été rendue possible grâce à une amélioration sensible du taux de centralisation des réserves de change et un niveau de rémunération stable par rapport à celui du marché. En vertu de la convention qui lie la Cemac à la France relativement au compte d’opérations, ce placement est rémunéré au taux minimum de 0,75% lorsque les taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE) sont en dessous de ce niveau, et de 1% lorsque la BCE propose des rendements supérieurs».

S’agissant précisément des réserves de change, le gouverneur de la Beac a par ailleurs révélé dans un communiqué en date du 12 mai dernier «qu’au 10 mai 2020, elles se situent à 5348,8 milliards FCFA, représentant près de 5 mois d’importations de biens et de services, pour un taux de couverture extérieure de la monnaie de 74,16%».

TAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!