INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Supplément Afrique Centrale Pascal Youbi-Lagha: «Nous voulons un accord régional»
Intgration.jpg Philpa.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau.jpg

Pascal Youbi-Lagha: «Nous voulons un accord régional»

Écrit par  Didier Ndengue

Le commissaire du département du Marché commun à la Commission de la Cemac s’exprime au sujet de la signature l’Accord de partenariat économique (APE) régional avec l’Union européenne.

L’Union européenne souhaite reprendre les négociations liées à un APE régional après cinq ans de suspension. Peut-on savoir ce qui était à l’origine de l’interruption de ces pourparlers?

Les divergences essentiellement sur les mesures d’accompagnement étaient la raison. Notons que ces mesures d’accompagnement sont un programme de renforcement des capacités des entreprises de la région. Programme de mise à niveau et de compensation de l’impact fiscal net. C’est ce qui a fait qu’on s’est retrouvé avec quelques difficultés sur ces questions. Maintenant, après cinq ans d’interruption, la partie européenne nous propose de relancer les négociations, compte tenu du délai sur la conclusion de l’accord d’étape avant août 2016, ou au plus tard le 1er octobre 2016. La partie européenne estime qu’au lieu d’embrasser tout le document de l’accord, on peut se mettre d’accord pour négocier sur un certain nombre de domaines. Donc, sur la base de l’accord d’étape du Cameroun et le reste des points peuvent être mis en rendez-vous. C’est-à-dire que les négociations vont se poursuivre sur les autres points en entendant qu’il n’y ait pas un vide entre les deux régions. On peut s’entendre pour négocier un accord intérimaire sur la base de l’accord d’étape du Cameroun, qui contient un certain nombre d’éléments qui intéressent la région. C’est donc sur cette base là que nous avons sollicité l’autorisation des ministres, puisqu’au départ, il n’était pas question de négocier à partir de l’accord d’étape du Cameroun. De manière plus simple, les ministres nous ont donnés le mandat de discuter avec la partie européenne sur la base de l’accord d’étape et à arriver à un arrangement régional.

Cela veut-il  dire que les négociations pour conclure un APE régional ont échoué?

Non! On ne peut pas dire que les négociations ont échoué. Je vous ai dit que nous sommes tenus par un problème de calendrier. Le calendrier fait en sorte que nous devons conclure les négociations avant le 04 août 2016. Et nous savons que l’ampleur du travail qui reste à faire entre les deux parties, les divergences que nous avons sur la table qui ont provoqué la suspension des négociations depuis 2011, ne peuvent pas nous permettre d’avoir un accord complet. L’objectif, c’est d’avoir un accord complet au niveau régional. Mais, vous savez que le temps qui reste ne pourra pas nous permettre d’arriver à un accord complet d’ici le 04 août. Pour sauver les négociations, il faut s’entendre sur un minimum et puis continuer le reste. En réalité, nous restons sur la même position à savoir: conclure un accord de partenariat économique régional pour l’ensemble des pays de la configuration.

N’avez-vous pas l’impression de céder un peu aux caprices de l’Union européenne en décidant de vous appuyer sur l’accord d’étape du Cameroun?

Non, pas du tout. Il faut dire que c’est une proposition de la partie européenne. Cela veut dire qu’ils ont intérêt à ce que les choses avancent. On n’a pas cédé aux caprices. Il s’agit juste d’une question de réalisme…. Je crois que c’est une proposition qui n’est pas forcément le point de vue de l’Union européenne. Mais, c’est le bon sens parce que nous sommes tous dans l’engagement d’aller vers un accord. Vous savez, les relations entre l’Union européenne et le groupe ACP de manière générale et l’Afrique centrale en particulier, est une coopération liée. L’APE n’est qu’un volet d’une coopération multiforme. Il est difficile de mettre un terme à cette coopération tout simplement parce qu’on ne s’est pas entendu sur un petit sujet. Il s’agit vraiment de trouver des voies et moyens pour avancer. Il faut que cela soit dynamique et ne soit pas bloqué. Il ne faut pas qu’on arrive à une impasse sachant que tôt ou tard, on reviendra sur la table des négociations.

L’entrée en vigueur de l’accord d’étape n’aura-t-elle pas des répercussions négatives sur l’intégration sous régionale?

Aucun impact. Aussi longtemps qu’on n’aura pas démantelé le tarif extérieur commun. Cela veut dire qu’on proroge ce qui était fixé pour continuer à négocier, arriver à un compromis et puis poursuivre les négociations en détails suivant un calendrier qui sera arrêté par les deux parties.

À quand un véritable APE régional?

Vous savez, les accords commerciaux ont la particularité d’avoir des négociations qui sont assez longues parce que c’est mathématique. Un accord ne peut prendre fin que lorsque chaque partie a eu gain de cause. Il n’y a aucune partie qui veut faire plaisir à l’autre, ça n’existe pas. Sinon ça se répercute sur les pertes financières et autres. Personne ne peut déterminer combien de temps peut prendre les négociations pour un accord commercial. Vous savez, avec les accords de Marrakech, les gens croyaient qu’on allait passer moins d’une année à négocier, mais on a passé plus de temps là-dessus. Donc, ni du côté de l’Afrique centrale, ni du côté de l’Union européenne, personne ne peut vous dire combien de temps peuvent prendre les négociations d’un accord.

Propos recueillis par Didier Ndengue

Lu 517 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Supplément Afrique Centrale Pascal Youbi-Lagha: «Nous voulons un accord régional»