INTEGRATION

Intgration.jpg Philpa.jpg Pub-foire-vin650x91.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau-Fiac-650x91.jpg bandeau-Yafe-650x91.jpg bandeau.jpg

Elie Welba Lekke: «L’évolution de l’internet reste faible dans la sous-région»

Écrit par  Mercedes Beleheka (stagiaire), propos recueillis.

Le diplômé de Master à l’institut des Relations internationales du Cameroun (Iric) dans la filière «Intégration régionale et management des institutions communautaires revient sur les grandes lignes de son mémoire portant sur « l’économie numérique : le développement socio-économique et l’intégration des pays de la Cemac».

Quelle définition donnez-vous à l’économie numérique ?

L'économie numérique fait référence à une économie basée sur les technologies informatiques numériques. Elle est aussi parfois appelée l'économie internet, la nouvelle économie ou l'économie web. De plus en plus, l’économie numérique est étroitement liée à l'économie traditionnelle, ce qui complique nettement la délimitation. 

 

Quelle est la situation actuelle de l’Afrique centrale au niveau de l’appropriation de l’économie numérique?

Selon une étude menée par le Forum économique mondial en collaboration avec un réseau de partenaires et plus de 150 instituts de recherche et d'organisation économique de premier plan publié en avril 2012, le Cameroun est classé 125ème sur 142 pays utilisant les TIC pour stimuler la croissance et la compétitivité. Ce secteur contribue pour environ 5% à son  produit intérieur brut (PIB). Le pays compte en outre 19 millions d’abonnés, des centaines de fournisseurs de services à valeur ajoutée et les fournisseurs de services internet. La fibre optique qui était de l'ordre de 2150 km en 2012 se situe désormais à près de 10 000 km. 

Le Congo, comme plusieurs autres pays du continent, est aussi résolument tourné vers cette transformation avec de nombreux changements. Le pays possède depuis 2009 sa politique de développement des technologies de l'information et de la communication (2009-2015). Cette stratégie repose sur deux piliers (e-Governance et e-Business). 

Au Gabon, le secteur emploie directement ou indirectement plus de 12 000 personnes avec un chiffre d'affaires de 293 milliards en 2014. Le taux de pénétration mobile est de 193% avec 2 947 681 abonnés. Le téléphone fixe est devenu résiduel à 1,22%, tandis que le taux de pénétration internet est de 86%, pour une flotte de 1150 894 abonnés avec une prédominance de l'internet mobile. 

Le Tchad et la République Centrafricaine semblent être les mauvais élèves à l'échelle sous régionale. Cela est dû à l’instabilité politique et au déficit du potentiel électrique de ces États.

 

Quels sont les avantages et les inconvénients de l’économie numérique dans la sous-région?

Les avantages liés à l'économie numérique sont incalculables. Nous pouvons néanmoins donner quelques exemples concrets tels que les coûts de vente et de commercialisation. Les nouvelles opportunités de vente. Les entreprises sur le web peuvent atteindre de nouveaux marchés qu’ils ne pouvaient pas atteindre efficacement avec une force de vente en personne ou par campagnes publicitaires. Les entreprises de contenu web nécessitent un investissement beaucoup plus faible de capitaux que leurs homologues d'impression. Le e-Banking ou banque en ligne est entraînée par des coûts d'exploitation, la capacité d'offrir de nouveaux services, et celle de faire le marketing personnalisé. La banque d’internet qui permet aux clients d'examiner les soldes, les fonds de transfert et de payer des factures en ligne.

Comme inconvénient, nous notons que malgré plusieurs initiatives visant à respecter l'identité culturelle, à promouvoir les diversités linguistiques et le contenu local grâce aux politiques nationales en matière de TIC, les progrès réalisés sur cette ligne d'action et ses objectifs restent très bas. Nous avons également des revers liés aux médias en ligne, le rôle que jouent les médias est essentiel pour la construction de la société de l'information. Ces médias peuvent être une force pour le bien et pour le mal. La vulnérabilité des entreprises digitalisées aux cyber-attaques et à la cybercriminalité. Cette situation rend l'utilisation du contenu numérique très faible dans la sous-région.

 

Quels sont les enjeux de la numérisation de l’économie en Afrique centrale?

Les entreprises numériques s'efforcent continuellement d'activer de nouveaux modèles d'exploitation allégés, étayés par des processus opérationnels agiles, des plates-formes connectées, des fonctions analytiques et de collaboration qui améliorent la productivité de l'entreprise. Une entreprise numérique recherche sans relâche, identifie et développe de nouveaux modèles d'affaires en veillant toujours à ce que les clients et les employés soient au centre de ce qu'elle fait. Il y a un certain nombre de domaines que les entreprises devront réévaluer et réformer si elles veulent devenir des entreprises numériques. Trois domaines clés ont été identifiés : les modèles d'affaires numériques (ce que les entreprises doivent faire), les modèles d'exploitation numériques (comment elles peuvent le faire), les talents numériques et les compétences (ce dont elles ont besoin pour travailler et réussir). 

 

Pensez-vous qu’à long terme cette économie pourra faire disparaître celle dite traditionnelle ?

L’économie numérique est à l'origine d'un nouveau secteur d'activité. Elle a modifié tous les autres secteurs économiques secondaires et surtout tertiaires. La liste des évolutions et bouleversements dans ces secteurs est longue. Citons quand même sans entrer dans les détails, les secteurs les plus touchés que sont le commerce, le transport, la communication, les activités financières, l’administration publique, l’éducation, la santé et l’action sociale. 

Rien n'est plus possible aujourd'hui sans les TIC. Il en est de même pour l'économie numérique. C'est un sujet vaste, touchant de nombreux domaines : depuis les sciences sociales et l'évolution des comportements, jusqu'aux sciences physiques, qui peuvent permettre d'envisager les futures technologies, en passant par les sciences économiques, les sciences politiques, etc. L'économie numérique est un point de rencontre de l'ensemble de ces domaines. 

Mais l’économie traditionnelle aura toujours sa place dans la société contemporaine car l’économie numérique aura toujours besoin de l’économie classique pour se déployer et atteindre les consommateurs. 

 

Faites une brève comparaison entre les autres régions du continent et l’Afrique centrale dans ce domaine ?

En 2002, l’Afrique représentait seulement 2,1% des lignes mobiles exploitées dans le monde. L’opérateur « Télécoms » au Maroc, a ainsi lancé en 2006 un projet pour couvrir tout le territoire marocain avec six backbones en fibre optique. Au Kenya, un projet d’installation de fibre optique sur 1140 kilomètres a également été lancé en 2006. La Tanzanie et le Mozambique comptent déjà plusieurs réseaux à fibre optique avec des points d’échange Internet (IXP) développés pour réduire les coûts et accélérer la transmission des contenus. Le nombre d’abonnés en Afrique subsaharienne (sans l’Afrique du Sud) est passé de 0,2 million en 1998 à 3,01 millions en 2002. Il convient de noter que l’évolution de l’internet reste faible dans la sous-région Afrique centrale. Cette faiblesse est due à l’instabilité politique et au terrorisme qui ont mis à l’arrêt les différents projets pour le renforcement de l’économie numérique dans cette sous-région.

Lu 23 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Supplément Afrique Centrale Interview Elie Welba Lekke: «L’évolution de l’internet reste faible dans la sous-région»