INTEGRATION

Intgration.jpg Philpa.jpg Pub-foire-vin650x91.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau-Fiac-650x91.jpg bandeau-Yafe-650x91.jpg bandeau.jpg

Douala: Les avocats esquivent les réfugiés

Écrit par  Didier Ndengue

Aucun défenseur de personnes n’accepte plaider la cause des déplacés de guerre devant les tribunaux de la capitale économique.  

Des patates chaudes sont constamment posées sur la table de Kassié Claude Fangamou. Chaque jour, le nouveau chef du bureau du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à Douala reçoit des correspondances des responsables des communautés de réfugiés. Dans ces missives, une phrase revient: «mise à disponibilité d’un avocat pour la cause des réfugiés». C’est le vœu formulé par Bienvenu Quentin Gounoumoundjou dans sa correspondance du 03 novembre 2016. Dans cette lettre dont nous avons eue copie, le doctorant et chef de la communauté des réfugiés centrafricains, attire l’attention des responsables du HCR sur la situation juridique des siens. «Les complications d’ordres juridiques que Fadec (ancien partenaire du HCR) assumait, ont exponentiellement été signalées dans presque toutes les communautés et particulièrement la communauté des réfugiés centrafricains de Douala», écrit-il. A en croire Bienvenu Quentin Gounoumoundjou, les droits des réfugiés sont violés et plusieurs autres cas  s’accumulent ou s’intensifient. 

Détresse 

Mineurs ou non, innocents ou pas, beaucoup de réfugiés urbains, toutes les tranches d’âge confondues, croupissent à la prison centrale de Douala. Ils sont sans défense. Et leurs cas sont constamment mis aux oubliettes. On apprend des responsables de leurs communautés que la majorité se retrouve au cachot à cause du manque des pièces d’identification. Mais d’autres par contre, commettent de vrais crimes. C’est le cas de Madounzou Guerschon, «accusé d’avoir violé une fille de nationalité camerounaise de 14 ans», apprend-on. Après un bref séjour à la Gendarmerie de l’aéroport de Douala, ce dernier a été déféré depuis le 02 février 2016 à la prison centrale de la même ville. Jusqu’ici, ses proches ne savent pas encore combien de temps ce dernier, qui souffre «de problèmes psychologiques», va passer dans ce pénitencier surpeuplé. Il y a également les dossiers de Koïbossenena Narcisse Baudouin, Krayangba Tribault, Yamere Charly, etc., qui n’ont jamais été ouverts à cause du manque d’avocat. «Nous ne pouvons même pas aller les rendre visite parce qu’il y a des tonnes de procédures à remplir. Il faut demander l’autorisation et c’est très difficile», s’indigne l’un des proches des prisonniers sans défense, qui implore le soutien des responsables du HCR et des avocats de bonne volonté. «Monsieur le chef de bureau, il y a d’autres cas qui échappent à notre connaissance. Raison pour laquelle, nous jugions utile de vous tenir informé pour des dispositions nécessaires afin que leurs droits ne soient pas bafoués. Nous vous prisons également de bien vouloir mettre à la disposition des réfugiés un avocat pour les plaidoyers», écrit Bienvenu Quentin Gounoumoundjou, courroucé. Et malgré toutes les sollicitations, aucun avocat ne s’est prononcé sur le sujet. 

Didier Ndengue  

Lu 295 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Panorama Portrait - Découverte Douala: Les avocats esquivent les réfugiés