INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Panorama Santé: Canicule ou grand froid, on prend toujours un coup
Intgration.jpg Philpa.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau.jpg

Santé: Canicule ou grand froid, on prend toujours un coup

Écrit par  Mercedes Beleheka (stagiaire)

Le passage du soleil à la pluie a généralement des effets sur la santé des hommes.

Un aspect de défilé, ce matin du 07 avril 2017 à la clinique « la paix » au quartier Cité verte. Les locaux étroits, accueillent une importante quantité de malades depuis le début de cette saison pluvieuse. Des enfants accompagnés de leurs parents aux adultes en passant par les jeunes, on ne peut pas dire qu’une couche y est épargnée. Mavin Ngouffo Tchoffo, médecin généraliste à la clinique «la paix» explique que «plus personne aujourd'hui ne conteste l'effet de la météo sur la santé. Canicule ou grand froid, ont un impact sur l’organisme humain». «Le temps, ajoute-t-il, peut être un facteur déclencheur chez des personnes à risques, explique-t-il. Sans doute parce que les grands froids favorisent la viscosité du sang et la formation de caillots». Tout pour réaliser que les deux saisons sont propices aux allergies. Les températures douces contribuant à la diffusion des pollens. C'est aussi lors de ces saisons que beaucoup souffrent de problèmes respiratoires provoqués par la pollution. Un rayonnement solaire intense et des conditions anticycloniques favorisent la concentration d'ozone. A l'inverse, lorsqu'il fait froid, les intoxications au monoxyde de carbone se multiplient.

 

La grippe

Selon le docteur Mavin Ngouffo Tchoffo, la saison des pluies n’a pas que l’inconvénient de tremper les pieds et de faire des frisottis dans les cheveux, elle peut aussi «faire pleuvoir des  maladies». Notamment la grippe. Cette affection  se classe au premier rang de celles liées à la saison des pluies. Elle se manifeste par la fièvre, la toux, les douleurs musculaires, le rhume et une fatigue générale. La grippe se transmet lorsqu’une personne infectée manifeste la maladie dans un lieu public (toux, éternuements), ou plus simplement lors d’un contact avec la main du malade.

Elle fait partie des infections virales aiguës et peut provoquer des maladies graves (pneumonies) ou déclencher une amplification en cas de maladie chronique (asthme, sinusite, Vih). Les personnes âgées ou obèses, les enfants et les femmes enceintes en sont les plus fragiles. Chez cette dernière elle peut même aller jusqu’à provoquer des fausses couches. La grippe peut également entraîner des complications cardiovasculaires et neurologiques et causer la mort. Le site de l’Organisation mondiale de la santé (www.who.int), nous apprend qu’elle est la cause de 250 à 500 000 décès et 3 à 5 millions de cas de maladies graves par an. 

À titre de prévention, le moyen le plus efficace de cette maladie est le vaccin. L’Oms recommande d’ailleurs une vaccination annuelle chez des personnes les plus exposées. Le traitement prescrit est la prise en charge des malades par les antiviraux (disponibles dans certains seulement).

 

Le paludisme

De manière banale, le paludisme est une maladie parasitaire causée par la piqure des moustiques femelles (anophèles) infectées. Il se manifeste généralement par des maux de tête, la fièvre, anémie sévère, des vomissements et dans certains cas une détresse respiratoire. Ces symptômes apparaissent habituellement sept à quinze jours après la piqure d’un moustique. Les personnes les plus exposées à la maladie sont les femmes enceintes, les enfants de moins de 5 ans, les personnes atteintes de Vih. La transmission du paludisme est plus accrue dans les zones de précipitations avec l’abondance de pluies mais aussi dans des endroits humides.  

L’Afrique est le continent le plus touché par la maladie. En 2015, elle supportait plus de 90% du chiffre mondial des cas de maladie. Toujours la même année, elle était classée 16èmeparmi les causes de mortalité dans le monde avec 438 000 de décès enregistrés l’année précédente. Ceci bien qu’il ait considérablement baissé (21%) depuis 2010. En 2016, les chiffres de l’Oms révèlent 212 millions de cas de paludisme et 429 000 décès. Au Cameroun, la lutte anti vectorielle est le principal moyen de prévention. Le gouvernement veille au grain, en menant des actions permanentes telles que la distribution des moustiquaires imprégnées, la sensibilisation des populations sur les causes et les conséquences de cette endémie.

 

La saison pluvieuse, les mangues et le risque d’infection

On a coutume d’entendre dire que la mangue est un fruit malpropre et éventuellement à l’origine de certaines maladies. La mangue est pourtant un fruit riche en apport dans l’organisme. D’ailleurs certaines études ont révélé qu’une consommation élevée de fruits et de légumes diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. La présence d’antioxydants pourrait jouer un rôle dans ces effets protecteurs. Pour le docteur Florence A., il n’est donc pas bon d’interdire sa consommation. Le véritable problème selon elle est celui de l’hygiène. « De manière générale, ils sont exposés aux microbes lors de la vente ou alors lorsqu’ils tombent sur des produits infectés. Dans les deux cas, il est indispensable de laver de manière correcte, le fruit et les mains qui ont été en contact avec celui-ci. La mangue en elle-même ne crée pas une maladie », a-t-elle expliqué.

 

Lu 112 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Panorama Santé: Canicule ou grand froid, on prend toujours un coup