INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Panorama Sécurité au travail: Dangote Cement Cameroon, le bon élève de la CNPS
BANDEAU-BATTLE-THE-VOICE.jpg Festi Communautes 650X91.jpg Philpa.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau.jpg visuel fotrac.jpg

Sécurité au travail: Dangote Cement Cameroon, le bon élève de la CNPS

Écrit par  Didier Ndengue
Séance de travail à Dangote Séance de travail à Dangote

La politique de prévention des risques professionnels mise en place par le top management de cette cimenterie rassure les autorités camerounaises.

Ce 05 avril 2017, Le port du casque et de la chasuble est obligatoire pour tous les visiteurs de Dangote Cement Cameroon SA. La délégation de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) du Cameroun, conduite ce jour par son directeur technique, Florent Zibi Ondoua, ne déroge pas à cette mesure sécuritaire mise en place par les responsables des lieux. Paavo Wiro, le directeur général de la filiale camerounaise de la multinationale du milliardaire nigérian Aliko Dangote, accueille ses invités dans un cadre convivial. Ceci pendant trois heures d’échange marquant le lancement du mois de la prévention des risques professionnels dans le cadre de la 21e édition des Journées africaines de prévention (Jap). 

 

Exemplarité

Les agents de la Cnps ont déjà effectué deux inspections et deux contrôles ici pour se rassurer que la cimenterie respecte bien la législation en matière de prévoyance sociale. Le constat qui en découle est que Dangote Cement Cameroon ne fabrique pas que du bon ciment depuis 2015, ce qui lui a d’ailleurs permis de conquérir 50% du marché local en si peu de temps, mais mise également sur une ressource humaine en bonne santé. Toutes les dispositions ont été prises pour satisfaire les 700 personnes (parmi lesquelles 80% de camerounais) que la cimenterie embauche. 

Concrètement, pour éviter les accidents routiers, il y a des bus qui transportent les employés jusqu’au lieu du service, une clinique avec des infirmières a été construite pour administrer les soins aux accidentés et malades de l’entreprise, ainsi qu’une cantine au sein de la société «pour bien manger et ne pas tomber malade… car ce n’est pas sécurisant de manger dehors», se réjouit Paavo Wiro, qui garantit également des assurances maladie et blessures à son personnel. Grosso modo, Dangote Cement verse ses cotisations à la CNPS pour le bien de ses travailleurs. En plus de cela, pour lutter contre les incendies qui pourraient se produire sur les lieux du travail, l’entreprise dispose des bouches d’incendie, des véhicules pour lutter contre les flammes, et des extincteurs,... 

 

Régression des accidents de travail 

Le constat du Bureau international du travail (BIT) donne des sueurs froides. L’institution révèle en effet que toutes les 15 secondes, un travailleur décède des suites d’un accident de travail, pendant que 164 accidents de travail sont enregistrés sur la planète au même moment. Sur le plan local, la CNPS a résolu de combattre le mal à la racine en faisant des inspections et contrôles dans les entreprises les plus accidentogènes du Cameroun. Ce qui a permis de réduire considérablement le nombre d’accidents de travail au pays. Florent Zibi Ondoua, apprend que 1075 entreprises ont été visitées et contrôlées entre janvier 2014 et mars 2017. La caisse en a sélectionné 50 pour un suivi personnalisé allant de deux à trois ans.

 

Accompagnement

Pour accompagner ses opérations, 6 médecins au travail ont été recrutés et 18 autres préventeurs. Cette mobilisation de la CNPS vise à éradiquer définitivement le nombre d’accidents de travail. Ses responsables ont encore en mémoire le bilan des trois dernières années. En 2014, notre pays a enregistré 164, 518 en 2015 et 109 en 2016. Il y a eu une baisse considérable d’accidents l’année passée. Mais la CNPS ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle poursuit ses campagnes de sensibilisation sur le terrain malgré les obstacles qui s’y opposent. Notons que c’est depuis 1996 que le Cameroun organise les Journées africaines de prévention des risques professionnels, qui répondent à un appel lancé en 1994, à Ouagadougou (Burkina Faso) par les directeurs généraux des organismes nationaux de sécurité sociale des pays francophones d’Afrique, réunis au sein de l’Interafricaine de Prévention des risques professionnels (IAPRP). 

Lu 37 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Panorama Sécurité au travail: Dangote Cement Cameroon, le bon élève de la CNPS