INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Panorama Cameroun: Les solutions Sage à nouveau en vitrine à Douala
BANDEAU-BATTLE-THE-VOICE.jpg Festi Communautes 650X91.jpg Philpa.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau.jpg visuel fotrac.jpg

Cameroun: Les solutions Sage à nouveau en vitrine à Douala

Écrit par  Bobo Ousmanou

La capitale économique du Cameroun Douala a accueilli le 25 avril 2017 la caravane Sage Africa Tour, du nom de la multinationale britannique éditrice de logiciels.

Il s’agissait d’une journée de présentation, voire de sensibilisation sur les avancées technologiques dans l’environnement quotidien, particulièrement celui de l’entreprise. «Aujourd’hui, aucune entreprise ne peut envisager son développement sans passer par la numérisation d’un certain nombre d’activités et naturellement l’utilisation des logiciels. Notre présence consiste à montrer comment Sage numérise et nomadise ses outils», explique Cyril de Ponnat, responsable de zone Export chez Sage.

Selon lui, le nouvel environnement numérique africain est en pleine mutation, et l’éditeur Sage entend jouer un rôle prédominant en proposant des solutions adaptées pour toutes les catégories, qui englobent les grandes entreprises, les PME et même les très petites entreprises. Au niveau du pouvoir d’achat qui n’est pas le même en Europe qu’en Afrique, le groupe affirme mener une politique de flexibilité. «Nous avons introduit un nouveau mode d’acquisition où il n’y a plus d’achat de logiciel. Il n’y a plus que l’abonnement annuel. Ce qui change tout, cela est ressenti par les entreprises non pas comme un investissement financier qui pèse lourd dans leur bilan, mais comme une charge de fonctionnement à laquelle elles sont davantage habituées », ajoute Cyril de Ponnat. 

Visiblement au Cameroun, la stratégie de l’éditeur Sage porte ses fruits sur le terrain. Selon Jean-Pierre Chaungueu, directeur général du Groupe SIA partenaire Sage, «en ce qui concerne le Cameroun, au moins 95% des entreprises et PME qui utilisent un outil de gestion sont équipées des solutions Sage ». Une position de quasi-monopole que Sage et son partenaire local le Groupe SIA entendent consolider, notamment face à la concurrence des éditeurs tels  Dassault Systèmes, SAP ou Oracle. 

Il convient de rappeler que le Groupe SIA est aujourd’hui Centre de Compétence Sage (CCS), certification qui illustre le plus haut niveau de compétences et d'expertise autour de l'offre Sage. Du haut de ses 18 années d’expérience au service des entreprises avec deux représentations dans la sous-région Afrique Centrale (Yaoundé et Malabo), la firme continue à construire son savoir-faire et sa notoriété sur un marché camerounais et africain de plus en plus concurrentiel.

Le Groupe SIA a ainsi su tirer son épingle du jeu lors de cette journée dans ‘’le village partenaire’’ regroupant l’ensemble de partenaires Sage, grâce aux thématiques abordées d’une part et  aux réponses concises aux préoccupations  des participants venus très nombreux d’autre part.


Sage Africa Tour : l’escale de Douala

Le 25 avril 2017, «Sage Africa Tour» a installé son quartier général à Douala. La capitale économique était en effet la 7e et dernière étape d’une grande campagne de l’entreprise Sage, menée à travers le continent africain pendant deux mois, dans 7 pays différents. Pour la première fois en Afrique subsaharienne francophone, Sage est venu à la rencontre de ses clients et partenaires partager la vision  d’un monde en perpétuel changement. « Cet événement reflète notre engagement envers vous. Nous voulons porter votre voix à travers le monde», ont expliqué en chœur les responsables de Sage. Qui n’ont pas manqué d’ajouter: « Le monde change, poussé par la numérisation galopante de notre quotidien à tous les niveaux, aussi bien dans la vie privée que dans celle professionnelle. Aujourd’hui, plus aucune entreprise ne peut envisager son développement sans passer par la numérisation d’un certain nombre de ses activités et naturellement l’utilisation des logiciels. Nous sommes ici pour montrer comment Sage numérise et nomadise ces outils ». Leçons d’une rencontre à travers un regard croisé de Jean Pierre Chaungueu et Cyril de Ponnat, respectivement Directeur général du groupe SIA et Responsable Export de Sage.


Jean-Pierre Chaungueu, Directeur général du groupe SIA

«La reconnaissance du travail des partenaires de Sage»

Vous venez de participer au Sage Africa Tour qui marque son escale à Douala. Comment vous avez trouvé cette initiative?

C’est une excellente initiative pour nous. Depuis des années, nous parcourons le monde pour assister aux évènements que Sage organise. C’est la première fois que Sage organise une initiative similaire dans les principales capitales africaines qui comptent dans la stratégie de développement de Sage. C’est une excellente nouvelle pour nous ; et c’est aussi la reconnaissance du travail que nous, partenaires de Sage, effectuons sur le terrain.  Je peux vous dire qu’en ce qui concerne le Cameroun, au moins 95% des entreprises et PME qui utilisent un outil de gestion sont équipés des solutions et produits Sage.

Quel est le retour que vous avez des utilisateurs des produits Sage ?

C’est un retour satisfaisant. Lorsque les entreprises utilisent une solution, c’est parce qu’elles en ont besoin, et c’est parce qu’elles trouvent une satisfaction dans ces produits. Sinon, elles iraient chercher d’autres solutions. Il y a eu d’autres solutions qui existaient sur le marché et qui existent encore, mais si Sage est en situation de quasi-monopole, tout au moins dans le marché de la PME, c’est d’abord parce que ses produits répondent aux problématiques qui sont posées. Par ailleurs, il y a derrière une stratégie d’accompagnement qui est adaptée.

Comment est-ce que vous évaluez aujourd’hui la concurrence à laquelle doit faire face Sage ?

Nous sommes confortés par le fait que nous sommes en présence d’un éditeur mondial qui se place au même rang que les grands éditeurs tels que Microsoft, SAP, Oracle, etc. La particularité de Sage réside dans le fait que ses solutions sont réellement celles dont ont besoin les PME. Donc, des entreprises qui ont des tailles qui correspondent au développement de notre marché. Les produits et les technologies que nous commercialisons n’ont rien à envier aux solutions proposées par les autres éditeurs. Nos produits vont continuer à rester concurrentiels, à être avant-gardistes par rapport aux solutions qui existent sur le marché.

Comment vous conciliez la faiblesse du pouvoir et la nécessité de modernisation de la comptabilité des entreprises ? 

C’est justement pour faire face à ce genre de préoccupations que nous avons une « offre à 360o ». Cela veut dire que même s’il s’agit d’une entreprise d’une seule personne, ou de celle de 3 000 personnes, il y a toujours une solution adaptée. Le problème, c’est que les entreprises ne s’adressent pas toujours aux professionnels qui peuvent, en fonction de leurs tailles et de leurs besoins, apporter la solution. Aujourd’hui, il y a également des modes de commercialisation qui permettent à une entreprise d’une certaine taille d’avoir accès à une solution avec un mode de commercialisation permettant de ne pas trop souffrir sur le plan budgétaire. Vous avez entendu parler des solutions de Cloud : location, utilisation… Eh bien, ce sont des solutions qui permettent à une entreprise de s’adapter. Aujourd’hui, ces solutions permettent de répondre à l’ensemble des problématiques. Il suffit juste que les entreprises s’adressent à la bonne personne.


Cyril de Ponnat, Responsable Export chez Sage

Sage dans la numérisation du continent africain

Le monde change en se numérisant à outrance. Comment Sage aide l’Afrique à relever ce défi sur le plan économique ?

Le continent africain, comme tous les continents du monde, les entrepreneurs africains comme tous ceux du monde bougent énormement, voyagent et profitent de cette mondialisation qui a fait disparaitre les frontières. Grace à cette numérisation qui n’est ni plus ni moins que la connexion instantanée de tous les acteurs économiques. Sage a intégré dans ses outils de gestions certains qui permettent immédiatement de lancer des conférences téléphoniques. Sage a également développé des outils de gestion commerciale, comme la possibilité de travailler avec une fiche produit, un article, et de publier automatiquement les photos et les détails de l’article sur un site Internet. Nous avons aussi développé des outils qui permettent aux entrepreneurs de pouvoir voyager tout en restant connectés à son environnement de gestion. 

Les pays du continent ne sont pas tous au même niveau de digitalisation. Comment vous vous adaptez à cette différence ?

Il ya effectivement des différences. C’est évident. Mais je dirais à mon sens que ces différences sont essentiellement des différences de performance de l’infrastructure, notamment Internet. C’est à la rapidité et à la disponibilité plus ou moins égal de l’Internet selon les pays. Or, Internet est aujourd’hui la dorsale de la digitalisation. Mais les choses évoluent très vite, y compris ici au Cameroun. Notre passage ici a été de sensibiliser nos clients actuels sur l’avenir qui les attend. La réalité du présent, mais aussi la réalité de l’avenir. Quelques exemples ont été montrés notamment Kodack qui avait une position hégémonique à un moment, mais qui n’a pas su comment envisager les années qui allaient venir, notamment avec l’appareil photo numérique. Et par conséquent, a disparu. Aujourd’hui, notre responsabilité en tant que partenaire de l’ensemble des clients du Cameroun est de leur montrer quels projets ils doivent aujourd’hui engager pour être prêt à affronter les défis de demain avec succès. 

L’accessibilité des produits Sage est elle évidente dans une réalité marquée par la faiblesse du pouvoir d’achat ?

Il est évident que nous avons une politique tarifaire qui est connue. Le premier point, c’est que les tarifs sont strictement identiques entre le continent africain et la France. A contenu égal, tarif égal. Il est évident que le pouvoir d’achat n’étant pas partout le même, il a fallu apporter de la flexibilité. Elle a été apportée sur la façon de payer le produit. Historiquement, vous payez une licence, et ensuite chaque mois vous payez un abonnement. Certaines des plus grandes entreprises sont dans cet état d’esprit d’abonnement, comme on paierait une facture de téléphone, de gaz ou d’électricité sans que cela ne pose problème intellectuellement. Le monde du logiciel est déjà passé dans ce type de vente. Mais chez Sage, pour faciliter les choses, nous avons introduit un nouveau mode de perquisition où il n’y a plus d’achat de logiciel. Il n’y a plus que l’abonnement mensuel. Et là ça change tout, parce que cela est ressenti par les entreprises non pas comme un investissement financier qui pèse lourd dans leur bilan, mais comme une charge de fonctionnement à laquelle les entreprises sont davantage habituées. 

Quel est le retour que vous avez de Sage Africa Tour ?

Je tiens tout d’abord à faire remarquer que l’affluence des entreprises démontre leur intérêt, car elles sont venues nombreuses. Elles sont venues pour deux choses, d’abord rencontrer l’ensemble des revendeurs et partenaire de Sage. Cela permet aux entreprises partenaires de Sage de se rencontrer, pour au final devenir leur partenaire au quotidien. En terme de message,  je crois que la présentation sur le monde qui change, la numérisation et cette table-ronde qui a rassemblé trois dirigeants d’entreprises locales et qui ont montré à quel point elles ont déjà pris le virage du numérique et invité par conséquent toutes les entreprises quelle que soit leur taille ici à le prendre, parce qu’elles ont montré à quel point cela a participé à notre succès. Le message à retenir, c’est que le monde change, et pour faire partie de demain, il faut changer nos outils. 

Lu 46 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Panorama Cameroun: Les solutions Sage à nouveau en vitrine à Douala