INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Les sept jours Cameroun Rentrée parlementaire: Le Sénat et l’Assemblée aiguisent leur gril
Intgration.jpg Philpa.jpg Pub-foire-vin650x91.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau-Fiac-650x91.jpg bandeau-Yafe-650x91.jpg bandeau.jpg

Rentrée parlementaire: Le Sénat et l’Assemblée aiguisent leur gril

Écrit par  Jean-René Meva’a Amougou

Selon toute vraisemblance, quelques membres du gouvernement auront maille à partir avec les questions guidées par l’actualité dans la partie anglophone du pays.

Après quelques mois passés en off, les parlementaires camerounais retournent aux affaires ce 13 mars pour une session qui ouvre l’année législative 2017. Les analystes retiennent que cette session a la particularité de se tenir dans un contexte marqué par la situation précaire dans la partie anglophone du pays d’une part, et l’amorce du virage vers 2018 (année électorale) d’autre part. Selon une source parlementaire, «c’est tout cela qui vampirise la session de mars dans les deux chambres de notre parlement. Mais également, il ne faut pas perdre de vue que les bureaux des deux chambres remettent en jeu leurs mandats». 

 

Agenda

Au Sénat tout comme à l’Assemblée nationale, la même source révèle que les séances de questions orales aux membres du gouvernement seront particulièrement houleuses. «La crise sociopolitique dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest préoccupe. On aimerait entendre le Premier ministre et ceux chargés des questions de sécurité  sur des sujets liés à la gestion de cette crise», apprend-on. A décrypter les mots, cette session offre aux sénateurs et aux députés l’occasion d’avoir des éclairages sur l’orientation politique du gouvernement par rapport à la situation sur le terrain. «Quand on sait que de nombreux citoyens appellent de tous leurs vœux la finalisation du processus de décentralisation, il va falloir que le Minfi et le Minatd nous édifient sur ce qui jusqu’ici fait réellement problème», poursuit notre interlocuteur. De là, il ressort que René Emmanuel Sadi et Alamine Ousmane Mey (respectivement ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation et ministre des Finances) sont particulièrement visés tant au Sénat qu’à l’Assemblée nationale. Sur le gril parlementaire, Ernest Massena Ngalle Bibehe et Youssouf Adidja sont annoncés. «Eux aussi doivent nous dire ce qui bloque la reprise des cours dans la partie anglophone», souffle-t-on.

 

Conjectures

«Bienvenue dans l'insondable et dans les entrailles d'un pays à cran qui cherche des solutions à ses difficultés». L’humour d’un autre parlementaire en dit long sur les autres sujets d'intenses tractations au cours de cette session. En rapport avec la situation dans la zone anglophone du pays, on ne doute pas de ce qu’à Ngoa-Ekelle tout comme au palais des Congrès, il y ait un jeu de chaises musicales au perchoir. «Maintenant, chaque chose compte, confie un député. Un texte de loi qu'on décide de faire voter, ce sera au détriment d'un autre». La traduction de ces propos annonce un scénario à l’issue duquel Marcel Niat Njifendji et Cavaye Yeguié Djibril (respectivement présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale) seraient débarqués «pour donner un contenu concret au dialogue national».

Dans ce cas, l’objectif est clair: redonner du tonus à un dialogue parasité par une revendication inscrite en lettres de feu sur le «fronton anglophone». «Il semble que la tambouille a trop duré et que remettre le poste de deuxième ou troisième personnalité de la République à un anglophone participerait de la volonté de décrispation de l’ambiance actuelle», rumine notre source. De là, on suppose que des aménagements législatifs  pourraient enrichir le dialogue national si tel est le projet de la majorité gouvernante. Une conjecture similaire peut être envisagée dans les équilibres qui président la répartition des fonctions importantes de l’Etat. Peuvent aussi être envisagés des aménagements législatifs en vue d’une prise en compte des doléances des avocats et enseignants anglophones, lesquelles ont été répertoriées par deux comités ad hoc.

Jean-René Meva’a Amougou

Lu 347 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Les sept jours Cameroun Rentrée parlementaire: Le Sénat et l’Assemblée aiguisent leur gril