INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Les sept jours Ambassades Démocratisation de l'Afrique: Cedeao contre Cemac ?
Intgration.jpg Philpa.jpg Pub-foire-vin650x91.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau-Fiac-650x91.jpg bandeau-Yafe-650x91.jpg bandeau.jpg

Démocratisation de l'Afrique: Cedeao contre Cemac ?

Écrit par  Engelbert Essomba Bengono

Entendu ce 26 juin 2017 sur la «radio mondiale», porte-voix du ministère français des Affaires étrangères, de la bouche de Richard Fonteh Akum, PhD en science politique.

L’un des nombreux spécialistes de l'Afrique que seule Radio France Internationale sait dénicher: «les Etats de l'Afrique de l'ouest ont une avance de 10 à 20 ans de démocratie sur ceux de l'Afrique centrale»; «les Etats de l'Afrique centrale ont un retard de démocratie à cause de la manne pétrolière». Bien plus, «Déby, Obiang, Bongo, Biya, Sassou ne sont rien à côté des Macky Sall, Ibk, Talon pour ne pas en dire plus». Et tutti quanti. De la bouche d'un PhD en science politique, c'est renversant. Il ne nous semble pas que l'un de ces chefs d'Etats aient perdu la moindre de ses prérogatives internationales en raison de sa longévité au pouvoir ! Au contraire, leurs pays siègent à égalité de droits et de devoirs avec la communauté des Etats dans les cercles autorisés du système international.

Cependant, il est indéniable que quelques pays d’Afrique de l’ouest ont fréquemment et régulièrement organisé des élections qualifiées de démocratiques, parce qu’elles ont favorisé l’alternance de chefs d’Etat au moment où, d’une élection présidentielle à l’autre, les chefs d’Etat d’Afrique centrale se consolidaient au pouvoir. Sauf en République Centrafricaine (Rca). C’est également indiscutable qu'en Afrique de l'ouest, la société dite civile a supplanté les partis politiques classiques sur le chapitre de la formulation politique des revendications populaires. Mais, est-ce suffisant pour affirmer irrévocablement que ces pays sont démocratiques ?

D'abord, l'analyse en cause ne s'appuie que sur les élections présidentielles oubliant les scrutins législatifs et municipaux qui, depuis le retour au multipartisme en 1990, ont connu des taux de renouvellement de sièges dépassant 85% dans certains pays. Vous me direz que ce sont des régimes présidentialistes, avec souvent un parti politique dominant, mais nous ne pouvons nier cette réalité sociopolitique qui est conforme aux  faits et aux résultats électoraux.

De plus, de quelle Afrique de l’ouest parle-t-on ? De celle de la Côte-d’Ivoire où les forces françaises protègent encore les deux victoires électorales de M. Alassane Dramane Ouattara ? Dans quelle démocratie prend-t-on le pouvoir au moyen d’élections de blanchiment d’une rébellion ? De quelle Afrique de l’ouest parle-t-on encore ? De celle où les mêmes forces françaises protègent une partie du territoire malien contre les velléités hégémoniques des islamistes ? Ou du même Mali où un changement de constitution est programmé ? De l’Afrique de l'ouest de la Gambie qui est actuellement sous la tutelle du Sénégal? De quelle Afrique de l'ouest parle-t-on encore et encore sinon de celle dont cinq pays figurent sur la liste des 25 pays les plus pauvres de la planète sur la base du Pib nominal ? De quelle Afrique de l'ouest parle-t-on encore et enfin sinon celle dont huit Etats sont membres de la Zone franc, c'est-à-dire logés à la même enseigne de galère monétaire que les six autres Etats d'Afrique centrale? 

En effet, le Franc Cfa est la seule variable inchangée depuis plus de 70 ans, malgré toutes les alternances en France et en Afrique. Le franc Cfa, exempté de tout débat démocratique ! Les grandes leçons de démocratie cessent quand il s'agit de développement humain. Les grandes leçons de démocratie cessent quand il s'agit de développement monétaire. La devise dans ce domaine est: «changez tout, y compris vos présidents tous les cinq ou sept ans ! Gardez la monnaie»! 

Les analyses de R. Fonteh Akum nous ouvrent donc les yeux sur la réalité démocratique de l'Afrique. Y-a-t-il vraiment un lien absolu entre l’alternance politique et le développement économique et social ? Y-a-t-il vraiment un lien absolu entre le longévité au pouvoir et la pauvreté ? Pourquoi, malgré les changements de présidents, des pays comme le Mali, le Niger, la Rca, la Sierra Leone, la Guinée, le Burkina Faso, la Gambie, le Togo et le Benin figurent-ils encore sur la liste des plus pauvres de la planète depuis plus de dix ans ? Suffit-il de faire un bon changement démocratique de président tous les cinq ans pour accéder au développement économique d'une part, et aux progrès sociaux d'autre part ?

Peuples d'Afrique centrale, changez tout maintenant ! Allez encore plus loin, déchirez le pacte monétaire colonial, jetez-le à la face des néo-colonialistes adeptes du vieillard monétaire. Faites élire des présidents sur la base de vrais programmes de rupture avec la démocratie, modèle français, du bavardage, de la division, de la corruption et des faux-débats Cedeao contre Cemac. De vrais programmes d’indépendance qui fatalement aboutiront à la vraie démocratie qui est synonyme de développement économique. De vrais programmes qui mettent l'accent sur le bien être pour le plus grand nombre.

 

 

Lu 130 fois

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire TEYA Jean lundi, 17 juillet 2017 22:01 Posté par TEYA Jean

    Certaines comparaisons hâtives entre l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique Centrale sont souvent mal fondées, se basent sur peu de choses et au final s'avèrent contre productives pour les deux zones.
    Cet article a l'avantage de mettre les pendules à l'heure en élargissant la base de l'analyse et en interrogeant les paramètres qui sont souvent oubliés plus ou moins "volon - taire - ment".

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Les sept jours Ambassades Démocratisation de l'Afrique: Cedeao contre Cemac ?