INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Les sept jours Ambassades Adamaoua: Le C2D cherche sa vocation initiale
BANDEAU-BATTLE-THE-VOICE.jpg Festi Communautes 650X91.jpg Philpa.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau.jpg visuel fotrac.jpg

Adamaoua: Le C2D cherche sa vocation initiale

Écrit par  Rodrigue Tapeo
La construction de la route, l’un des projets financés par l’AFD La construction de la route, l’un des projets financés par l’AFD

L’évaluation des deux premières phases du Contrat de désendettement et de Développement (C2D) dans la région a mis en lumière de nombreux dysfonctionnements. Elle a surtout souligné l’urgence d’une amélioration. 

Le suivi indépendant du C2D participe de l'information des citoyens et contribue au respect des engagements de transparence établis par la déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide au développement. C’est en rapport à ce canevas que Ngaoundéré, le chef-lieu de la région de l’Adamaoua, a abrité le 13 février dernier, un atelier régional de restitution. Autour des principaux responsables, les assises ont mobilisé les acteurs de la société civile des 5 départements de la région. 

Au cours des échanges portant sur l’impact des secteurs financés par les C2D arrivés à termes, de nombreux dysfonctionnements ont été relevés. «Nous avons pu remarquer sur le terrain, le niveau d’appropriation approximatif des populations bénéficiaires, l’insuffisance de la communication sur les activités menées, les lourdeurs ainsi que les retards dans l’exécution des marchés, les blocages institutionnels de nature à ralentir la mise en œuvre», a souligné Bienvenu Sangon Avom, superviseur régional suivi indépendant C2D Adamaoua. Il a notamment cité la deuxième phase du C2D achevée en 2016. Financée à hauteur de 213,8 milliards de francs CFA, celle-ci a connu des contraintes techniques avec incidence sur le terrain. Cela aura forcément porté un coup au vécu des populations bénéficiaires qui ne demandaient pas mieux que d’être associées au départ du processus. 

Bienvenu Sangon Avom a relevé qu’au terme de l’exercice 2012, 195 milliards de francs CFA non consommés étaient encore à la BEAC. Le constat de cette faible consommation budgétaire a permis d’impulser l’Appui budgétaire sectoriel (ABS) devant booster les programmes connaissant des résultats probants et faisant face à un déficit de ressources. Fortement dénoncées par Jean Pierre Bakapa, membre du comité technique national en charge de Acefa, les batailles entre les cellules d’exécution du C2D sectoriels concernées et les directions techniques des ministères ont ralenti voire stoppé l’avancée de plusieurs projets. 

 

Ajustements

A ce niveau, la moralité des fonctionnaires habitués au gain est mise en cause. Face à ces problèmes de gouvernance, les parties contractantes ont revu leur copie dans le C2D 3 indiqué comme celui de «la maturité». Les tâtonnements tant décriés et approximation des précédents programmes ne seront plus d’actualité avec l’institutionnalisation du suivi indépendant. 

Pour y parvenir, les interférences et vides communicationnels seront corrigés par la création d’une agence nationale qui va centraliser l’information autour des financements C2D. 

En rappel, le Contrat de désendettement et de développement (C2D) est une procédure d'annulation des créances d'Aide Publique au Développement (APD). Ce complément de l'initiative en faveur des Pays pauvres très endettés (PPTE), constitue pour le Cameroun (engagé depuis 2006 dans le processus) le plus important programme d'annulation et de reconversion de sa dette publique par la France. 

Rodrigue Tapeo

Lu 147 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Les sept jours Ambassades Adamaoua: Le C2D cherche sa vocation initiale